Les journées d’étude du REDESP, espace de formation pour doctorant.e.s en sociologie et histoire du sport.

Les 8 et 9 juin derniers avaient lieu à l’UFR Staps de Nantes les journées d’étude du REDESP – réseau des doctorant.e.s en études sportives créé par Peter Marquis et Marion Fontaine dans le courant des années 2000. Les journées s’inscrivaient dans la continuité de celles ayant eu lieu à Nanterre en juin 2015, journées qui marquaient à l’époque le bouleversement de l’équipe coordonnatrice du réseau. Après trois années d’engagement, Charles-Eric Adam (Université Paris X) et Mylène Douet Guérin (Université Paris IV) devenu.e.s docteur.e.s, venaient de laisser leur place à Sylvain Ville (Université Paris X) et Sabrina Nouiri-Mangold (EHESS). En 2016, l’équipe s’est agrandie avec l’arrivée de Raphaële Chatal et d’Etienne Guillaud (Université de Nantes). Trois des quatre travaillant à Nantes cette année, le choix du lieu pour ces journées s’est donc imposé pour des raisons pratiques. Pour les organisateurs/trices, il permettait, de plus, de décentraliser des journées d’étude jeunes chercheur.e.s trop souvent parisiennes à leur goût. Les objectifs pour cette année étaient donc similaires à ceux de l’année dernière, l’appel à communication également. Raphaële Chatal et Sabrina Nouiri-Mangold décrivent l’écriture « d’un appel à communication ouvert, c’est à dire sans axe majeur, ni discipline privilégiée, afin de permettre un dialogue sans cadre théorique préalable ». De manière innovante par rapport à l’année dernière, l’appel invitait les étudiant.e.s de master à venir présenter leurs travaux – une volonté des organisateurs/trices après avoir vu la qualité des mémoires de certain.e.s de leurs étudiant.e.s.

Sur place, cinq étudiant.e.s de master sont présent.e.s parmi les seize communicant.e.s. La non sélectivité est par ailleurs défendue par les organisateurs/trices. Avoir des résultats n’est pas une condition sine qua none pour venir parler de ses travaux. L’un des objectifs des journées est d’accueillir des doctorant.e.s en début de thèse : celles et ceux qui démarrent leur enquête de terrain, qui s’interrogent sur des enjeux théoriques, qui mènent une revue de littérature. Sylvain Ville argumente sur le caractère formateur de ces journées : « On a voulu dire « s’il y a bien un lieu où vous devez commencer, faire votre première communication, c’est ici ». Sur ce point, c’est peut-être plus adapté qu’un congrès de la 3SLF [société de sociologie du sport en langue française], ou qu’un congrès de la SFHS [société française d’histoire du sport], parce que là c’est entre doctorant.e.s, c’est extrêmement bienveillant, c’est le moyen de faire sa première expérience ». L’idée est de cibler les plus jeunes, sans exclure pour autant les doctorant.e.s plus avancé.e.s. L’objectif de formation est donc annoncé et assumé. Raphaële Chatal et Sabrina Nouiri-Mangold appuient cette idée : « les participants ont la possibilité de présenter leurs travaux déjà conduits, encore en cours, voire toujours à l’état de projet avec pour vocation de susciter une discussion constructive et profitable à toutes et tous ».

Par ces journées, les organisateurs/trices veulent donc offrir un espace de rencontre dans lequel les doctorant.e.s peuvent discuter de leur recherche ensemble, entre pairs. Le temps est alors une donnée importante. Des sessions d’une heure trente lorsqu’il y a deux communications, deux heures lorsqu’il y en a trois. La consigne donnée pour la communication est de vingt minutes. Sylvain Ville défend l’importance d’avoir un temps de discussion supérieur au temps de l’exposé : « c’est là qu’on peut lancer des pistes de réflexion et d’orientation pour le travail, c’est vraiment ce moment-là qui est important ». Pour chaque communication, il y a deux discutant.e.s qui ont reçu les textes plusieurs semaines à l’avance. L’objectif est de donner ce rôle à des jeunes chercheur.e.s plus confirmé.e.s : des doctorant.e.s en fin de thèse ou des docteur.e.s. Ce sont majoritairement les coordonnateurs/trices du réseau et quelques doctorant.e.s et docteur.e.s nantais qui occupent cette place. Les journées du REDESP ne cultivent par ailleurs pas un entre-soi total. Certains enseignants-chercheurs nantais sont présents. Ils sont conviés mais mis en garde et absents de l’organisation. Ils ne sont pas non plus discutants. Les organisateurs/trices ajoutent : « On leur a précisé : « vous êtes les bienvenus, mais c’est un truc de doctorant.e.s, c’est bienveillant ». C’est une manière d’inclure aussi les gens du labo qui accueille. Ils assistent mais savent qu’ils sont là dans un moment de formation ».

Pour beaucoup de doctorant.e.s ou étudiant.e.s de master présent.e.s, il s’agit de la première communication. L’expérience est vécue de façon spécifique. Delphine Beaulande est étudiante en master 1 à Nantes. Elle fait part de son angoisse et de sa difficulté à trouver de l’aisance au milieu des doctorant.e.s dès le tour de table de présentation lors du premier jour. Toutefois, le cadre décrit précédemment semble porter ses fruits pour faciliter sa participation : « J’étais très angoissée. Comme j’étais en master 1, même au tour de table hier, je ne me sentais… pas vraiment illégitime, mais pas à l’aise en me disant que tout le monde était supérieur à moi entre guillemets. Mais en fait, c’était un cadre bienveillant, je n’avais pas peur qu’on fasse des commentaires ou des remarques. J’étais un peu asphyxiée au début mais ça a été ». L’idée de bienveillance est visible dans la bouche d’autres communicant.e.s. Julie Duflos, doctorante de première année à l’université d’Artois exprime une sensation similaire : « Je me demandais pourquoi venir. Souvent on entend des communications, des choses achevées. Moi je suis au début, je fais ma revue de littérature. On ne va pas dire que je peine à aboutir mais forcément, c’est beaucoup d’information. Je ne voyais pas l’intérêt. Et en fait si, ça a tout son intérêt de présenter des débuts de travaux, parce qu’on a un peu l’opinion des autres, c’est enrichissant, c’est très bienveillant, accessible par l’ouverture des gens. » Les discussions avec les autres doctorant.e.s rejoignent les déclarations citées. Outre la bienveillance, on parle « d’échanges constructifs », de « formule conviviale » et de « temps de discussions pertinents ». La formule conviviale fait aussi référence aux temps informels. Derrière les discussions officielles, comme toute journée d’étude, c’est l’occasion de se rencontrer, d’échanger au sujet de terrains communs et de problématiques de doctorant.e.s. Les participant.e.s expriment tou.te.s la plus grande facilité de nouer des relations dans ce genre de contexte plutôt que dans certains grands congrès dans lesquels ils/elles se retrouvent parfois noyé.e.s.

Les journées d’études du REDESP sont aussi l’occasion de voir sur quoi les doctorant.e.s en sciences sociales travaillent lorsqu’ils prennent le sport comme terrain. Évidemment, il n’est pas question de faire des présent.e.s un échantillon représentatif de la situation de la recherche en France. Il est possible néanmoins de mettre en évidence la diversité des terrains et des objets. Alors qu’on peut se souvenir de certaines remarques sur la prédominance du football dans les recherches lors de certains congrès de la 3SLF, seules deux communications portent sur cette discipline, dont une sur des enjeux de féminisation. Les doctorant.e.s s’intéressent à d’autres disciplines, parfois bien moins médiatiques : la voile, la gymnastique rythmique et sportive, le pentathlon moderne. Des travaux portent également sur les salles de remise en forme, sur le sport en entreprise ou sur le commerce d’articles de sports. L’ancrage nantais local et la prégnance de la sociologie du corps dans le laboratoire donnent aussi l’occasion à ces journées d’avoir un atelier sur le métier de sapeur-pompier. Au delà de cette diversité, ces journées démontrent que le sport peut être un terrain pour étudier de nombreux phénomènes sociaux. Etienne Guillaud argumente dans ce sens : «  on a insisté sur le fait que les études sur le sport ne se limitent pas au sport et sont des bonnes entrées pour analyser d’autres objets et d’autres problématiques : le rapport à l’État, au territoire, au travail, les rapports de genre… De manière plus précise, les différentes communications ont permis de souligner l’importance des classifications, c’est-à-dire la manière dont les activités sportives construisent et font perdurer des catégories et des manières de classer les individus. ».

Le choix des sujets et terrains de thèse permettent également d’interroger les parcours des doctorant.e.s. Un point commun ressort alors : ils/elles évoquent pratiquement tou.te.s des parcours atypiques avant de se lancer en thèse. Romain Rochedy, étudiant de master 2 à Paris VII explique notamment son passage de STAPS à la sociologie en passant par l’ENS Rennes : « J’étais en STAPS en région Rhône Alpes. J’ai commencé dans le cursus de licence classique, je voulais être kiné et puis j’ai arrêté de préparer le concours, je me suis redirigé vers l’entrée à l’ENS, dans le département sciences du sport et de l’éducation physique. J’ai réussi le concours dans ma deuxième année et j’ai continué là-bas ma licence 3 en éducation et motricité. Après, j’ai réfléchi au passage de l’agrégation qu’était proposé à l’ENS ou alors aller plus directement vers une thèse. Après avoir réfléchi, je me suis orienté vers la passation d’un master à Paris, le master sociologie générale à l’EHESS, ça m’a énormément plus et ça m’a rassuré dans mon choix de continuer vers une thèse ». Alors que les représentations renvoient régulièrement les sociologues et historien.ne.s du sport au monde des STAPS, ces journées sont aussi l’occasion de mettre en évidence des parcours loin de ces cursus. C’est le cas de Dimitri Pachely Doukaga Kassa et de Sebastien Moreau, qui proposent tout deux des communications en histoire. Le premier a démarré ses études au Gabon au département d’études ibériques latino américaines et a obtenu une maîtrise. Arrivé à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle dans le département des langues, il travaille en master 2 sur la dimension socio-politique du classico entre le Réal Madrid et FC Barcelone. Sa directrice le renvoie alors vers un historien spécialiste du monde hispanique à l’université de Tours afin qu’il poursuivre ses recherches, en thèse, sur le football en Espagne durant le XXe siècle. Le second a grandi au Luxembourg avant d’arriver à Paris en classes préparatoires littéraires. Il obtient le concours de l’ENS Cachan en anglais avant de se réorienter en sciences sociales. Après une L3 en sociologie, puis une L3 en histoire, il réalise un master puis s’engage en thèse en histoire contemporaine à Paris I. Son lien au sport se construit alors dans la liberté que lui accorde son directeur dans son choix d’objet dès le master. D’abord sur le foot dans la Marne dans l’entre deux guerre, puis sur le sport à Reims à la même période.

La diversité des parcours et des sujets ne doit néanmoins pas faire oublier l’absence de diversité sur d’autres plans lors de ces journées. D’abord sur un plan disciplinaire. Les deux doctorants présentés ci-dessus sont les seuls historiens de la journée. Les propos de Sylvain Ville mettent en exergue la déception majeure des organisateurs/trices. « Je trouve qu’il n’y a pas assez d’histoire. L’an passé, on a eu deux géographes. Il nous faudrait des géographes, des historiens, pourquoi pas des économistes, je pense que c’est faisable ». Sur le plan de la provenance géographique et des laboratoires représentés, un manque de diversité peut aussi être souligné. Si les organisateurs/trices sont satisfaits d’une forte présence de non parisiens, il faut noter que la majorité des doctorants viennent de quelques universités, principalement de l’université de Nantes et de l’université d’Artois. Cette situation semble s’expliquer par deux raisons. Les doctorant.e.s présents expliquent avoir eu connaissance de la journée essentiellement par le bouche à oreille. La majorité d’entre eux/elles expliquent avoir été conviée à venir après une rencontre avec l’un des membres de l’équipe coordonnatrice du réseau. A ce niveau, l’organisation nantaise a favorisé une forte présence des locaux. La deuxième raison se situe certainement dans les financements des doctorant.e.s. L’une des explications de la présence forte de doctorant.e.s du laboratoire Sherpas de l’université d’Artois serait d’après les organisateurs/trices, au-delà du relais de l’appel à communication et de la forte connaissance du REDESP au sein de ce laboratoire, dans les conditions de financements favorables pour les colloques. La situation budgétaire des laboratoires contraint souvent les doctorant-e-s à choisir les colloques dans lequel se déplacer et peut par là freiner la possibilité de venir sur une journée jeunes chercheur.e.s, moins rayonnante, bien que sûrement tout aussi constructive.

Malgré ces quelques difficultés, il semble nécessaire en guise de conclusion d’affirmer le caractère innovant de ces journées d’étude tant ce type de manifestation est relativement rare en sociologie et histoire du sport. A partir des retours qu’ils ont obtenu des communicants, l’objectif est d’ailleurs pour les organisateurs/trices de faire en sorte que « le REDESP continue sur sa lancée » en maintenant ces journées annuelles et en conservant un caractère bienveillant et convivial. La porte reste également ouverte à d’autres formes de développement. Si l’organisation peut paraître fragile car liée à l’engagement de doctorant.e.s, les organisateurs/trices préfèrent prendre cette situation comme une opportunité. Etienne Guillaud conclut par une invitation « Le REDESP peut peut-être aussi s’ouvrir à d’autres initiatives, si des doctorant.e.s veulent l’investir. »

Flavien Bouttet

Pour aller plus loin.

Le site du REDESP (avec le programme des journées)