« Le statut de docteur, ce n’est pas forcément ça qui ouvre les portes, Je ne suis pas certaine qu’il soit reconnu, et ce n’est pas mon combat. » Entretien avec Mylène Douet Guérin.

Mylène Douet Guérin a soutenu sa thèse « Pratiques sportives, normes et socialisations : représentations sociales de la norme en basket-ball, escalade et paintball » en décembre 2013 à l’Université Paris Descartes. Elle est aujourd’hui salariée à la fédération sportive et gymnique du travail (FSGT) et travaille pour le développement des pratiques des enfants et des sports de nature. Dans cet entretien, elle revient sur son parcours de thèse et sur la manière dont ce parcours l’a conduit au sein d’une fédération affinitaire. La discussion permet également d’aborder la question des conditions de travail à l’université et au sein de la FSGT ou encore la question du rapport du mouvement sportif à la recherche.

Pour démarrer, est-ce que tu pourrais revenir sur ton parcours qui t’as conduit d’abord en STAPS, puis vers le monde de la recherche ?

Je voulais devenir professeur d’EPS. J’avais un avenir tout tracé depuis la sixième. Je savais que je voulais faire ça. C’était clair qu’après le lycée, j’allais aller en STAPS. Donc j’ai été en STAPS, à Nantes. Ma première année, j’ai juste fait le premier semestre, c’était pendant les grèves LMD, j’étais plus engagée dans les mouvements étudiants… Après, je me suis inscrite en lettres modernes pour le second semestre et je me suis finalement dit : « non, je ne peux pas ne pas faire de sport pendant mes études ». J’ai été en erasmus la deuxième année. Je suis ensuite arrivée à Paris où je me suis un peu remobilisée dans la perspective du CAPEPS mais c’était la très belle époque où il y avait 4000 candidats pour 500 postes, c’était un peu compliqué. En plus, pendant mon année de licence 3, je me suis un peu braquée parce que j’ai eu l’impression qu’on m’apprenait d’avantage à plaire à un jury du CAPEPS qu’à devenir une bonne prof d’EPS et j’avais conscience qu’avec les cours que je suivais, je n’allais pas être une bonne prof d’EPS. Par contre, j’étais bien programmée pour répondre au jury. Donc je me suis dit, si c’est ça, je vais faire de la recherche. Et donc je me suis inscrite en master 1 cultures sportives de Paris Descartes. Dans ce master, j’ai trouvé super intéressant de réfléchir à des questions qui m’animaient et me motivaient, donc j’ai continué en master 2 et après j’ai été en thèse.

Ton engagement dans ce master 1 recherche est-il lié à d’autres facteurs ?

C’est ce qui me paraissait le plus cohérent par rapport à mon parcours. Au lycée, j’avais fait littéraire, je trouvais ça intéressant de lire, je commençais à faire en sorte de bien plaire à ce jury du CAPEPS. Je lisais beaucoup, ça m’intéressait de lire sur les positionnements pédagogiques et didactiques. C’était donc un peu la continuité de ce parcours d’aller un peu plus en sociologie. Il y a aussi le fait – mon côté féministe ne va pas apprécier de dire ça, mais mon ami était aussi en sociologie, il était en master, il savait qu’il allait se lancer en thèse, ça a joué.

Sur quoi travaillais-tu en master ? à quel moment t’es-tu dis qu’il fallait continuer en thèse? 

En fait, je me trouve cohérente. En M1, j’étais dans les questionnements au sujet des positionnements des gens qu’on étudiait. Je me posais beaucoup de questions sur l’opposition Parlebas / Pociello en STAPS. Je ne comprenais pas pourquoi on les opposait autant, pourquoi il y avait une guerre. Donc je m’intéressais à cette opposition par rapport aux choix de la pratique sportive. Mon mémoire de master 1, c’était «Le choix de la pratique sportive, une approche à travers les théories de l’habitus et de l’individu rationnel. L’exemple du handball.» L’objectif était de s’intéresser à ce qui opposait les auteurs à travers les gens du terrain, des gens qui pratiquaient en club. Je commençais à amorcer mes réflexions sur l’individu et le choix de la pratique. Pendant le master 2, je m’intéressais toujours au choix de la pratique sportive. J’aimais bien l’idée de poser une question un peu globale et d’avoir après quelque chose d’assez personnel, d’aller demander aux gens ce qu’ils en pensaient. Je m’étais plus intéressée côté théorie, aux approches de l’individu, parce qu’on arrêtait pas d’entendre « c’est une nouvel ère de l’individualisme », ça m’intéressait de voir ce qu’on entendait par l’individu en sociologie. Mon sujet de thèse s’est inscrit un peu dans la continuité, parce que, ce qui m’intéressait, c’était de voir comment les gens acceptaient le côté très normalisé du sport, comment on acceptait, comment on pouvait accepter des règles très coercitives dans le sport en partant de trois sports différents qui avaient des degrés d’institutionnalisation plus ou moins divers : l’escalade, le paintball qui n’était pas du tout étudié en sociologie et le basket, qui était assez ancré dans le mouvement sportif.

Sur un plan plus institutionnel, comment s’est passée ton intégration dans le laboratoire Technique et enjeux du corps ? 

Ça s’est plus ou moins bien passé. On avait des jeudis après-midi où on se retrouvait dans le laboratoire, je commençais à y aller en master 2, donc je connaissais un peu les gens du labo. Après, ce qui a été très bizarre dans mon parcours d’étudiant, c’est que j’étais étudiante boursière jusqu’à mon master 2 et d’un seul coup en thèse, j’avais participé à l’attribution des contrats doctoraux de l’école doctorale 456, qui regroupe les STAPS de Nanterre, Orsay et Paris Descartes. J’ai été classée à la première place après la dernière bourse. Ça a été un peu une grosse désillusion parce que Paris Descartes n’a pas eu de place dans un système qui serait intéressant à analyser d’ailleurs… et donc, je n’ai pas eu de subventions au départ. J’ai cherché partout, j’ai été chez les assistantes sociales, etc. J’ai envisagé de commencer une thèse avec un petit boulot d’étudiant, je suis devenue pionne, donc je pensais commencer ma thèse avec ça et puis mon directeur de thèse, qui était mon directeur de mémoire, Bertrand During, a réussi à obtenir une allocation doctorale, via une école doctorale de Paris Descartes, en dehors de l’école doctorale STAPS, donc j’ai été financée pour mes 3 ans. 

Comment se sont passées ces quatre années de thèse ?

Ça s’est passé comme toute thèse se passe, avec des hauts et des bas. Tu apprends le travail de doctorant. En fait ça aussi, ça a été un peu spécial. J’ai eu des soucis de santé au début de ma thèse, qui m’ont mis dedans la première année. J’avais une méthodologie de travail qui était bien construite après mes deux années de master, je pensais vraiment faire trois ans de thèse. Mais en fait les aléas de la vie font que…, ça s’est passé comme ça, j’ai perdu un peu de temps, je ne me sentais pas très intelligente. Il a fallu que je retrouve le truc « je suis légitime, je suis compétente », ça a fait son petit bonhomme de chemin. Le fait que mon ami fasse sa thèse en même temps, ça m’a aidé aussi.

Quelles étaient tes conditions matérielles de travail? Tu avais un bureau ?

À part les rendez vous du labo où on pouvait exposer nos travaux à nos pairs… Je n’avais pas de bureau. C’est des choses qui sont arrivées un peu après. Des gens ont investi les lieux, ont fait une salle des doctorants. À l’époque il n’y avait pas ça, je n’ai pas été instigatrice non plus, je n’ai pas cherché à impulser ce genre de truc, pas du tout. Et puis l’université était dans le quinzième arrondissement, quand j’ai déménagé pour rien au monde j’aurais voulu vivre dans le quinzième. Je vivais loin, je travaillais très bien chez moi.

Quel place tu avais au sein du labo ? Comment étaient les relations avec ton directeur de thèse ?

On m’avait laissé entendre que je devais des choses au labo avec le contrat doctoral, comme les ATER qui étaient embauchés. J’ai donc participé chaque année à l’organisation des journées d’étude. C’était intéressant, ça crée du lien social entre les doctorants et ça te fait apprendre le métier. Tu décortiques un sujet avec la construction de l’appel à communication, etc. Finalement, c’est un travail collectif alors qu’en parallèle, on est souvent seul. J’ai aussi participé à la continuité du REDESP. C’était un réseau d’étudiants en sciences sociales du sport initié par Marion Fontaine et Peter Marquis. C’est Charles Eric Adam, collègue de master 2 qui m’a proposé de poursuivre l’aventure du REDESP avec lui. C’était une belle expérience, on rencontre du monde, on apprend ce sur quoi les autres travaillent. Après, les relations avec le directeur : au début, je devais faire en co-tutelle avec l’Espagne pour faire une comparaison France/Espagne. J’ai passé un an à essayer de mettre en place cette co-tutelle, parce que l’Espagne demandait beaucoup de choses. J’ai abandonné. Un autre prof de mon labo a alors pris la place de co-direction, pendant un an. Après il est devenu PU, il est parti et c’est une autre personne qui a pris cette place. Après, j’ai toujours gardé Bertrand During en tant que directeur mais je ne le voyais pas si souvent que ça. Par contre, j’ai eu un gros soutien d’Hélène Joncheray (co-directrice) sur les deux dernières années. C’était la première thèse qu’elle encadrait vraiment, j’ai eu un gros soutien de relecture, de conseil, c’était vraiment bien. Le degré d’exigence qu’elle m’a insufflé m’a bien aidé à avancer.

Comment s’est passé la fin du contrat doctoral sur le plan économique ? Et la gestion de la fin de la thèse ?

Déjà il a fallu réclamer l’inscription en 4ème année. On m’avait dit d’argumenter pour ne pas avoir de soucis. J’ai même payé une cinquième année pour pouvoir soutenir dans la mesure où ma soutenance avait lieu le 13 décembre, soit 13 jour après la date limite pour soutenir en 4e année. C’était plus pour l’administratif de Paris Descartes. Sur le financement, j’ai trouvé un poste d’ATER. j’ai enchaîné sur deux années d’ATER à Valenciennes où était Hélène Joncheray. Elle était MCF à Valenciennes. J’ai obtenu un poste d’ATER à temps complet de 2012 à 2014. J’ai eu un parcours un peu rêvé sur ce plan-là. Ensuite, ça a été parce que j’ai eu les mêmes cours sur les deux années. Donc ça a été dur sur l’année 2012/2013, j’ai eu une dernière année de thèse éprouvante, mais pour l’année d’après, ça allait. La reprise de la deuxième année d’ATER a été assez tranquille. Les cours étaient déjà prêts. J’ai pu me concentrer sur la soutenance.

Comment as-tu organisé l’après soutenance et l’après ATER ?

Comme je savais que je ne correspondais pas forcément aux critères pour obtenir les qualifications, pour être maître de conf’ et que ça avait toujours été un truc assez clair chez moi, je me disais que je faisais une thèse parce que ça m’intéressait intellectuellement, en sachant que ça ne déboucherait pas sur maître de conf, même si j’ai fantasmé sur ce métier comme tout un chacun des thésards, mais je me suis très vite rendu compte que ce n’était pas quelque chose qu’allait me motiver. J’avais d’autres fantasmes professionnels plus dans le milieu associatif. Au début de ma deuxième année d’ATER, quelques temps avant ma soutenance, j’avais passé un entretien pour bosser à la FSGT donc je me disais déjà, s’il faut démissionner de l’enseignement supérieur, je serai tricard vraiment partout, mais si j’ai une opportunité de bosser dans cette fédération dans laquelle je voulais travailler, je me suis dit pourquoi pas ? Finalement, je n’ai pas eu le poste, ils recherchaient quelqu’un de plus technicien, alors que j’étais sur les grandes idées, les grandes valeurs de la fédération, donc je n’ai pas eu le poste, donc je n’ai pas démissionné. 

As-tu fait d’autres recherches ensuite dans d’autres fédérations, d’autres associations ?

Je me disais « j’ai envie de bosser dans l’associatif sportif ». Après, j’avais vraiment en ligne de mire la FSGT. C’était vraiment le grand fantasme professionnel que j’avais. Je m’étais investi dans un club d’escalade en région parisienne, j’allais aux réunions de la commission régionale montagne/escalade en tant que bénévole, je connaissais le siège, je connaissais quelques personnes qui y travaillaient. Je me renseignais aussi sur ce qu’il se passait au niveau du sport, j’ai été à une manifestation de l’APELS, un jour dans le dix-huitième arrondissement pour voir ce qu’il s’y passait. J’avais parlé à Benjamin Coignet, je regardais les sites des fédérations affinitaires pour voir si elles proposaient du travail. Mais au final, je n’ai pas vraiment cherché. Très vite, je n’ai pas eu le poste à la fédération, très vite, j’ai été au courant qu’il y allait avoir un autre poste et je me suis dit il y avait peut-être des chances que ce soit pour moi. Je ne pouvais pas savoir mais je ne me suis pas trop pris la tête. J’ai regardé d’autres trucs mais j’avais tellement peur de choisir quelque chose par défaut.

Tu as quand même eu à gérer quelques mois de chômage à la fin des contrats ATER ?

Oui, et des imbroglios administratifs avec pôle emploi. La grosse question était de savoir qui paye les indemnités pour quelqu’un qui a été embauché par une faculté. Ça dépend des accords que l’université a passé avec pôle emploi en fait. donc Valenciennes disait que c’était pôle emploi. Pôle emploi disait que c’était Valenciennes. sauf qu’ils ont mis plusieurs mois à tomber d’accord. Je pensais pouvoir mettre à profit cette période pour voyager, prendre du temps pour moi, sortir du stress post-thèse, et bien pas du tout, parce que j’étais vraiment sans argent, parce que ce n’est pas avec un salaire d’ATER que tu peux épargner et mettre de côté. Je n’ai pas été payée pendant plusieurs mois, ça fait partie du jeu, ça ne m’a pas étonné plus que ça.

De quelle manière as-tu été recrutée au sein de la FSGT ?

C’était plus ou moins le même poste que l’année d’avant. Ils voulaient quelqu’un sur le développement des activités enfants au sein de la fédération. Il y avait une grosse volonté politique de développer ça, de revenir aux anciens combats de la FSGT. C’était presque le même poste que celui auquel j’avais postulé l’année d’avant. J’avais demandé un peu à la personne qui gère « les forces humaines » ce qui n’allait pas lorsque je n’avais pas eu le poste. Je savais vers quoi aller, quel profil ils recherchaient. Après, la fédération ne fonctionne pas comme une boite classique, c’est le processus de recrutement qu’il y a au sein de la FSGT. On transmet l’annonce dans le réseau, etc. Dès que l’annonce est sorti, on me l’a dit. Je contactais aussi Benjamin de la fédération qui était donc sur « les forces humaines ». Je lui envoyais des mails régulièrement. Je pense que mon profil commençait à être connu au sein de la fédération.

Est-ce que tu crois que ton statut de docteur a participé au recrutement? Ou est-ce finalement surtout ta connaissance de la FSGT ? 

Je pense que c’est un peu des deux. je pense aussi que c’est compliqué et qu’on pourrait en parler pendant des heures. Il y a différentes choses. Le fait de connaître la FSGT, par mon parcours en STAPS, par mon militantisme bénévole. Ce n’était pas juste lié à mes études. Je pense que ça plaît parce que ces dernières années, il y avait eu des embauches à la fédération via des annonces Pôle emploi de gens qui ne connaissait pas l’univers de la fédération. Donc quelqu’un comme moi qui était attirée idéologiquement et politiquement par la fédération, je pense que ça plaisait dans le recrutement. La connaissance du mouvement sportif aussi. Après le statut de docteur, ce n’est pas forcément ça qui ouvre les portes, je ne suis pas certaine qu’il soit reconnu, et ce n’est pas mon combat. Par exemple, au niveau de la revalorisation salariale qui devrait exister par rapport à un parcours doctoral, j’en suis très très loin. Ça, je le savais, c’était plus un engagement politique et personnel d’aller travailler à la FSGT pour moi qu’un moyen de gagner ma vie, je le savais et il n’y a pas de souci, mais maintenant que je comprend un peu plus le fonctionnement de la fédération et que je suis un peu plus au courant des prises de décisions, notamment par rapport aux processus de revalorisation salariale, je me rends compte qu’ils disent qu’un des trucs, c’est l’expérience. L’expérience peut rentrer dans ton salaire. J’ai l’impression que moi, mon parcours de chercheuse, d’étudiante doctorante chercheuse, il n’est pas reconnu. C’est comme-ci tout le boulot que j’avais fait, les deux années d’ATER, on ne reconnaît pas ça comme expérience professionnelle. Ça c’est quelque chose de plus général sur le statut des doctorants et des ATER. On nous prend un peu pour des branleurs, si en plus avec un peu de chance on a eu un contrat doctoral, on est vraiment… Je pense que ce n’est pas hyper reconnu. Après, c’est quelque chose qu’on aime bien au sein de la FSGT. Il y a par exemple Nicolas Ksiss qui participe à des colloques, qu’on considère comme l’historien de la FSGT. On a toujours aimé idéologiquement et historiquement à la fédération les gens qui réfléchissent un peu, qui conceptualisent, mais je ne suis pas sûre que mon recrutement soit lié à tout ça.

Encadré 1 : La FSGT, une fédération pas comme les autres.

Au delà de son caractère affinitaire et de son histoire, la FSGT se démarque également des autres fédérations par sa relation particulière aux sciences sociales. La FSGT est attachée à une forme de réflexivité fédérale et pédagogique et à une maîtrise de son histoire. Les salariés et conseillers techniques et sportifs de la FSGT aiment raconter que la première chose qu’on leur met dans les mains à leur arrivée est la thèse de Marianne Borrel sur les transformations de la fédération entre 1964 et 1992. L’importante bibliothèque au niveau du siège fédéral et les événements organisés autour de questions pédagogiques ou de l’histoire de la fédération renforcent la démonstration de ce positionnement fédéral. De plus, Mylène Douet Guérin n’est pas la seule à posséder un parcours de chercheur.e dans les rangs de la fédération. C’est le cas de Nicolas Kssis, historien de formation, journaliste pour la revue fédérale « sport et plein air » et portant donc une attention particulière à l’histoire de la fédération. Il a également publié en 2014 « La FSGT : du sport rouge au sport populaire » aux éditions La ville brûle. Aussi, nous pouvons citer Guillaume Conraud qui réalise sa thèse au sein de la fédération via une convention CIFRE. Ses travaux portent sur les enjeux d’identité et de valeurs au sein de la fédération (voir encadré 2). C’est d’ailleurs la deuxième fois que la fédération construit une convention CIFRE avec un laboratoire et un.e doctorant.e. Lorsque nous l’interrogeons sur le sujet, Roland Besson, membre de la direction nationale collegiale explique ce positionnement fédéral original par son caractère historique et cyclique. Il rappelle ainsi l’origine de cet intérêt pour la recherche durant les années 1960 et 1970, où « sous l’impulsion de Robert Mérand et d’un conseil pédagogique et scientifique, la fédération plaçait au coeur de son action la recherche et l’innovation pédagogique ».


Au sujet du contenu de ton travail? Qu’est-ce que tu fais? Est-ce que tu mobilises ta qualité de chercheur? 

Alors je vais partir très pragmatiquement de ma fiche de poste. Ma fiche de poste est intégrée au domaine des activités. J’ai un mi-temps sur l’enfance, sur le développement des activités enfants. Après, mon autre mi-temps se compose sur le suivi et l’accompagnement des activités. J’ai les activités liées à la randonnée pédestre, à la montagne/escalade et aux sports de neige. J’ai pu choisir ce qui m’intéressait le plus. J’ai toujours été plus orientée vers les sports de nature donc ça c’est super sympa. Après par exemple, pour le festival des innovations l’année dernière qui s’inscrivait dans les manifestations des 80 ans de la fédération, on m’a demandé d’être pilote avec d’autres bénévoles. Dans la fédération, on ne va pas forcément que responsabiliser des salariés, on travaille beaucoup avec les forces bénévoles et militantes qui sont volontaires. On était pilotes de tout le côté forum/débats/conférences du festival et ça, je pense que c’est lié à mon parcours de recherche. J’ai trouvé ça super intéressant, ça m’a rappelé mes années à Paris Descartes où j’organisais des journées d’études. Ce n’est pas du tout la même organisation en travaillant avec des bénévoles, tu ne vises pas le même public non plus, tu ne vises pas un public uniquement universitaire. J’ai trouvé que c’était un beau défi, une bonne continuité. Je me rend compte aussi que j’aimerais beaucoup plus lire. Au début, j’ai beaucoup lu sur l’enfance, tous les livres et articles qui étaient passées dans les revues fédérales où il y avait des gens qui avaient un peu conceptualisé le sport et l’enfance. Je trouvais ça intéressant. Ça m’aidait à écrire des choses dessus ou à penser un peu. Dans mes missions de travail, je me suis aussi proposé au sein de la coordination du collectif fédéral enfant pour faire l’analyse de la baisse des effectifs. Il y a une baisse des effectifs qui est assez importante à la fédération depuis deux ou trois saisons. Là, j’emprunte directement aux méthodes universitaires, pour faire une grille d’entretiens, des entretiens avec les gens. Je prend aussi du plaisir à participer aux instants institutionnels de la fédération, les estivales ou les hivernales. Ce sont des moments où on se réunit pour réfléchir au contexte social qui entoure la fédération, pour voir comment on pourrait se situer. Je trouve ça hyper important, certainement en raison de mon parcours de recherche.

Les gens interrogés au sein de la FSGT ont tendance à dire qu’on est un peu libre de choisir ses missions, mais avec certaines limites ? Comment tu vois cette particularité de la fédération ?

C’est un peu compliqué quand au début, alors que tu fais les entretiens d’embauche, on te dit « mais tu sais tu va être assez libre, livré à toi-même ». Quand tu sors de quatre ans de thèse, ça ne t’inquiète pas. Mais en fait, la réalité est différente parce qu’au sein des domaines, tu travailles avec des collègues et tu as aussi des coordonnateurs à qui il faut rendre des comptes. Il y a cette liberté qui est présente et qui est super intéressante, ça permet de faire des choix. Par exemple, je suis plus au niveau de la coordination du collectif fédéral enfants, donc je suis un peu sur les analyses des effectifs, mais je suis aussi sur le groupe de travail petite enfance. On est beaucoup à travailler sur la petite enfance, sur la pratique familiale, tout ce qui peut toucher à la parentalité positive et la motricité libre chez l’enfant. Ce sont des trucs intéressants et je trouve ça bien de pouvoir bosser dessus, ne pas être obligé de travailler sur des choses précises, c’est agréable d’avoir cette liberté.

Guillaume Conraud a démarré une thèse en CIFRE avec la FSGT il y a un an et demi? Est-ce que tu as un rôle vis à vis de sa thèse? 

Non. On en parle beaucoup, parce que je suis passé par là. Je sais ce qu’il peut traverser donc on en parle et puis ça m’arrive de lui dire « il faut que tu viennes à cet endroit là, ce serait bien, tu pourrais faire ça, etc.». Au niveau de son terrain FSGT (voir encadré 2), Il a déjà beaucoup de matériaux, mais non, on ne m’ a rien dit par rapport à ça. Après, il y a plein de gens au sein de la FSGT qui ne savent pas que j’ai une thèse en sciences sociales, ce n’est pas un truc dont je me suis vanté. je ne me vois pas dire « je vais vous expliquer, vous voulez que je vous parle du mouvement sportif parce que… » C’est aussi un positionnement. Je voulais arriver avec beaucoup d’humilité et voir comment ça fonctionnait, après ça me fait du bien de parler d’auteurs avec Guillaume, ça permet de garder un pied dans le truc. 

Encadré 2: Être en CIFRE au sein de la FSGT.

Guillaume Conraud a démarré une thèse en convention CIFRE avec la FSGT à la fin de l’année 2015 après un stage de master 2 dans la fédération et un an d’échange entre son laboratoire et la fédération. Il explique d’ailleurs que dans le processus de construction de la CIFRE, « Le plus compliqué c’est de négocier avec la structure qui t’accueille et paye un morceau de la thèse, justifier que ton travail est nécessaire pour la structure». Il est alors recruté en CDD pour une durée de trois ans, avec des conditions de travail qu’il considère comme bonnes: « j’ai un bureau, un ordi, un accès à toutes les réunions que je souhaite ». Au quotidien, il travaille à l’accompagnement de la construction d’une nouvelle politique fédérale. Il réalise notamment des enquêtes qualitatives dont les analyses sont co-produites avec les militants de la fédération afin de construire un diagnostic partagé de la situation de la fédération du local au national. Le travail mené s’inscrit donc en cohérence avec les compétences et savoirs d’un doctorant et plus globalement avec son travail de thèse. Né au moment des 80 ans de la fédération, son projet de thèse porte sur les enjeux d’identité et de valeurs au sein de la fédération. Il évoque d’ailleurs une position de la fédération n’ayant pas peur de retours critiques (cf. encadré 1) et l’absence de barrière à l’expression de ses analyses. En tant que doctorant CIFRE, la difficulté pour Guillaume Conraud est alors de réussir à se positionner entre son laboratoire et la fédération. Il souligne une difficulté de reconnaissance au sein de son équipe de recherche, et en parallèle, un regard influencé par la vie quotidienne au sein de la FSGT. En deuxième année, il s’interroge également au sujet de l’après-thèse. Intéressé pour poursuivre l’aventure au sein de la fédération, il évoque des réflexions stratégiques avec son directeur de thèse pour rester toutefois au coeur du monde universitaire. Il émet par ailleurs l’hypothèse d’une difficulté à aller trouver du travail dans d’autres milieux après avoir passé trois ans dans cette fédération : « Quand tu fais une thèse en CIFRE au sein de la FSGT, tu donnes une coloration à ton CV, tu sais que tu te fermes des portes ».

Justement, où en est ta vie dans le milieu académique?

Je n’ai pas du tout le temps. Je pense que s’il y avait des colloques qui arrivaient sur les organisations sportives ouvrières, je me sentirais plus légitime à parler de la FSGT. Après, il y a eu tous ces forums débats du festival des innovations l’année dernière où j’ai été cherché un peu dans le monde de la recherche. Alain Caille est venu pour la conférence inaugurale, on a eu des contacts avec Jean Paul Callède qui a fait partie de mon jury de thèse,  qui a travaillé sur la FSGT donc il y a des contacts comme ça. Je regarde aussi un peu les appels à contribution, pour voir si je peux reparler de ma thèse, ou parler de la fédération. J’aimerais avoir plus de temps pour analyser la fédération, le travail, les rapports interpersonnels, mais une fois que tu travailles dans le milieu associatif, tu n’as plus de temps.

As-tu gardé des liens avec ton laboratoire ? 

Oui. L’année dernière on m’a demandé d’intervenir dans le master qu’ils mettaient en place : Santé Psycho Social par le sport. C’était en tant que salarié de la FSGT pour évoquer un peu la fédération. J’avais été aussi à un des jeudis du laboratoire pour parler du festival des innovations. Après je reçois toujours les mails. Encore cette année, on nous a dit, les gens qui veulent rester dans le laboratoire, il faut avoir un article ou alors faire ci ou faire ça, mais j’aimerais bien garder un peu ce contact avec le milieu universitaire. Bon, j’ai quand même arrêté de recevoir des mails de Galaxie, des postes, etc. Un jour, je me suis enlevé de tout ça, je n’avais même pas la qualif’. Toutefois, j’aime bien aller voir sur calenda les trucs qu’il y a. Je regrette de ne plus avoir de codes cairn, j’essaye de grappiller un peu partout. Quand tu as fais de la recherche, tu as des habitudes de relecture même si je ne lis pas autant de socio que je voudrais.

Comment vois-tu ton avenir? Toujours à la FSGT? 

Des fois, je me dis que si je suis pour toujours à la FSGT, je vais devenir trop « fsgtiste », déjà que je le suis pas mal. Pour le moment je suis là, c’est très bien, ça m’apporte beaucoup parce que professionnellement c’est intéressant de bosser dans un cadre éducatif avec beaucoup de liberté. Il y a aussi beaucoup de réflexions, d’avancées intellectuelles, d’avancées personnelles, d’avancées relationnelles donc ça m’intéresse. Après, ce n’est pas exclu que je change. Je trouve ça bien d’avoir plusieurs vies, plusieurs expériences. Très vite, j’ai su que la thèse pouvait juste être une expérience, un moment de vie, et que ça n’allait pas définir toute la suite.

Propos recueillis par Flavien Bouttet, le 28 octobre 2016.

Pour aller plus loin:  

Le site de la FSGT. 

La thèse de Mylène Douet Guérin sur la plateforme tel.fr

La page de Mylène Douet Guérin (Laboratoire)

Les journées d’étude du REDESP, espace de formation pour doctorant.e.s en sociologie et histoire du sport.

Les 8 et 9 juin derniers avaient lieu à l’UFR Staps de Nantes les journées d’étude du REDESP – réseau des doctorant.e.s en études sportives créé par Peter Marquis et Marion Fontaine dans le courant des années 2000. Les journées s’inscrivaient dans la continuité de celles ayant eu lieu à Nanterre en juin 2015, journées qui marquaient à l’époque le bouleversement de l’équipe coordonnatrice du réseau. Après trois années d’engagement, Charles-Eric Adam (Université Paris X) et Mylène Douet Guérin (Université Paris IV) devenu.e.s docteur.e.s, venaient de laisser leur place à Sylvain Ville (Université Paris X) et Sabrina Nouiri-Mangold (EHESS). En 2016, l’équipe s’est agrandie avec l’arrivée de Raphaële Chatal et d’Etienne Guillaud (Université de Nantes). Trois des quatre travaillant à Nantes cette année, le choix du lieu pour ces journées s’est donc imposé pour des raisons pratiques. Pour les organisateurs/trices, il permettait, de plus, de décentraliser des journées d’étude jeunes chercheur.e.s trop souvent parisiennes à leur goût. Les objectifs pour cette année étaient donc similaires à ceux de l’année dernière, l’appel à communication également. Raphaële Chatal et Sabrina Nouiri-Mangold décrivent l’écriture « d’un appel à communication ouvert, c’est à dire sans axe majeur, ni discipline privilégiée, afin de permettre un dialogue sans cadre théorique préalable ». De manière innovante par rapport à l’année dernière, l’appel invitait les étudiant.e.s de master à venir présenter leurs travaux – une volonté des organisateurs/trices après avoir vu la qualité des mémoires de certain.e.s de leurs étudiant.e.s.

Sur place, cinq étudiant.e.s de master sont présent.e.s parmi les seize communicant.e.s. La non sélectivité est par ailleurs défendue par les organisateurs/trices. Avoir des résultats n’est pas une condition sine qua none pour venir parler de ses travaux. L’un des objectifs des journées est d’accueillir des doctorant.e.s en début de thèse : celles et ceux qui démarrent leur enquête de terrain, qui s’interrogent sur des enjeux théoriques, qui mènent une revue de littérature. Sylvain Ville argumente sur le caractère formateur de ces journées : « On a voulu dire « s’il y a bien un lieu où vous devez commencer, faire votre première communication, c’est ici ». Sur ce point, c’est peut-être plus adapté qu’un congrès de la 3SLF [société de sociologie du sport en langue française], ou qu’un congrès de la SFHS [société française d’histoire du sport], parce que là c’est entre doctorant.e.s, c’est extrêmement bienveillant, c’est le moyen de faire sa première expérience ». L’idée est de cibler les plus jeunes, sans exclure pour autant les doctorant.e.s plus avancé.e.s. L’objectif de formation est donc annoncé et assumé. Raphaële Chatal et Sabrina Nouiri-Mangold appuient cette idée : « les participants ont la possibilité de présenter leurs travaux déjà conduits, encore en cours, voire toujours à l’état de projet avec pour vocation de susciter une discussion constructive et profitable à toutes et tous ».

Par ces journées, les organisateurs/trices veulent donc offrir un espace de rencontre dans lequel les doctorant.e.s peuvent discuter de leur recherche ensemble, entre pairs. Le temps est alors une donnée importante. Des sessions d’une heure trente lorsqu’il y a deux communications, deux heures lorsqu’il y en a trois. La consigne donnée pour la communication est de vingt minutes. Sylvain Ville défend l’importance d’avoir un temps de discussion supérieur au temps de l’exposé : « c’est là qu’on peut lancer des pistes de réflexion et d’orientation pour le travail, c’est vraiment ce moment-là qui est important ». Pour chaque communication, il y a deux discutant.e.s qui ont reçu les textes plusieurs semaines à l’avance. L’objectif est de donner ce rôle à des jeunes chercheur.e.s plus confirmé.e.s : des doctorant.e.s en fin de thèse ou des docteur.e.s. Ce sont majoritairement les coordonnateurs/trices du réseau et quelques doctorant.e.s et docteur.e.s nantais qui occupent cette place. Les journées du REDESP ne cultivent par ailleurs pas un entre-soi total. Certains enseignants-chercheurs nantais sont présents. Ils sont conviés mais mis en garde et absents de l’organisation. Ils ne sont pas non plus discutants. Les organisateurs/trices ajoutent : « On leur a précisé : « vous êtes les bienvenus, mais c’est un truc de doctorant.e.s, c’est bienveillant ». C’est une manière d’inclure aussi les gens du labo qui accueille. Ils assistent mais savent qu’ils sont là dans un moment de formation ».

Pour beaucoup de doctorant.e.s ou étudiant.e.s de master présent.e.s, il s’agit de la première communication. L’expérience est vécue de façon spécifique. Delphine Beaulande est étudiante en master 1 à Nantes. Elle fait part de son angoisse et de sa difficulté à trouver de l’aisance au milieu des doctorant.e.s dès le tour de table de présentation lors du premier jour. Toutefois, le cadre décrit précédemment semble porter ses fruits pour faciliter sa participation : « J’étais très angoissée. Comme j’étais en master 1, même au tour de table hier, je ne me sentais… pas vraiment illégitime, mais pas à l’aise en me disant que tout le monde était supérieur à moi entre guillemets. Mais en fait, c’était un cadre bienveillant, je n’avais pas peur qu’on fasse des commentaires ou des remarques. J’étais un peu asphyxiée au début mais ça a été ». L’idée de bienveillance est visible dans la bouche d’autres communicant.e.s. Julie Duflos, doctorante de première année à l’université d’Artois exprime une sensation similaire : « Je me demandais pourquoi venir. Souvent on entend des communications, des choses achevées. Moi je suis au début, je fais ma revue de littérature. On ne va pas dire que je peine à aboutir mais forcément, c’est beaucoup d’information. Je ne voyais pas l’intérêt. Et en fait si, ça a tout son intérêt de présenter des débuts de travaux, parce qu’on a un peu l’opinion des autres, c’est enrichissant, c’est très bienveillant, accessible par l’ouverture des gens. » Les discussions avec les autres doctorant.e.s rejoignent les déclarations citées. Outre la bienveillance, on parle « d’échanges constructifs », de « formule conviviale » et de « temps de discussions pertinents ». La formule conviviale fait aussi référence aux temps informels. Derrière les discussions officielles, comme toute journée d’étude, c’est l’occasion de se rencontrer, d’échanger au sujet de terrains communs et de problématiques de doctorant.e.s. Les participant.e.s expriment tou.te.s la plus grande facilité de nouer des relations dans ce genre de contexte plutôt que dans certains grands congrès dans lesquels ils/elles se retrouvent parfois noyé.e.s.

Les journées d’études du REDESP sont aussi l’occasion de voir sur quoi les doctorant.e.s en sciences sociales travaillent lorsqu’ils prennent le sport comme terrain. Évidemment, il n’est pas question de faire des présent.e.s un échantillon représentatif de la situation de la recherche en France. Il est possible néanmoins de mettre en évidence la diversité des terrains et des objets. Alors qu’on peut se souvenir de certaines remarques sur la prédominance du football dans les recherches lors de certains congrès de la 3SLF, seules deux communications portent sur cette discipline, dont une sur des enjeux de féminisation. Les doctorant.e.s s’intéressent à d’autres disciplines, parfois bien moins médiatiques : la voile, la gymnastique rythmique et sportive, le pentathlon moderne. Des travaux portent également sur les salles de remise en forme, sur le sport en entreprise ou sur le commerce d’articles de sports. L’ancrage nantais local et la prégnance de la sociologie du corps dans le laboratoire donnent aussi l’occasion à ces journées d’avoir un atelier sur le métier de sapeur-pompier. Au delà de cette diversité, ces journées démontrent que le sport peut être un terrain pour étudier de nombreux phénomènes sociaux. Etienne Guillaud argumente dans ce sens : «  on a insisté sur le fait que les études sur le sport ne se limitent pas au sport et sont des bonnes entrées pour analyser d’autres objets et d’autres problématiques : le rapport à l’État, au territoire, au travail, les rapports de genre… De manière plus précise, les différentes communications ont permis de souligner l’importance des classifications, c’est-à-dire la manière dont les activités sportives construisent et font perdurer des catégories et des manières de classer les individus. ».

Le choix des sujets et terrains de thèse permettent également d’interroger les parcours des doctorant.e.s. Un point commun ressort alors : ils/elles évoquent pratiquement tou.te.s des parcours atypiques avant de se lancer en thèse. Romain Rochedy, étudiant de master 2 à Paris VII explique notamment son passage de STAPS à la sociologie en passant par l’ENS Rennes : « J’étais en STAPS en région Rhône Alpes. J’ai commencé dans le cursus de licence classique, je voulais être kiné et puis j’ai arrêté de préparer le concours, je me suis redirigé vers l’entrée à l’ENS, dans le département sciences du sport et de l’éducation physique. J’ai réussi le concours dans ma deuxième année et j’ai continué là-bas ma licence 3 en éducation et motricité. Après, j’ai réfléchi au passage de l’agrégation qu’était proposé à l’ENS ou alors aller plus directement vers une thèse. Après avoir réfléchi, je me suis orienté vers la passation d’un master à Paris, le master sociologie générale à l’EHESS, ça m’a énormément plus et ça m’a rassuré dans mon choix de continuer vers une thèse ». Alors que les représentations renvoient régulièrement les sociologues et historien.ne.s du sport au monde des STAPS, ces journées sont aussi l’occasion de mettre en évidence des parcours loin de ces cursus. C’est le cas de Dimitri Pachely Doukaga Kassa et de Sebastien Moreau, qui proposent tout deux des communications en histoire. Le premier a démarré ses études au Gabon au département d’études ibériques latino américaines et a obtenu une maîtrise. Arrivé à l’université Paris 3 Sorbonne nouvelle dans le département des langues, il travaille en master 2 sur la dimension socio-politique du classico entre le Réal Madrid et FC Barcelone. Sa directrice le renvoie alors vers un historien spécialiste du monde hispanique à l’université de Tours afin qu’il poursuivre ses recherches, en thèse, sur le football en Espagne durant le XXe siècle. Le second a grandi au Luxembourg avant d’arriver à Paris en classes préparatoires littéraires. Il obtient le concours de l’ENS Cachan en anglais avant de se réorienter en sciences sociales. Après une L3 en sociologie, puis une L3 en histoire, il réalise un master puis s’engage en thèse en histoire contemporaine à Paris I. Son lien au sport se construit alors dans la liberté que lui accorde son directeur dans son choix d’objet dès le master. D’abord sur le foot dans la Marne dans l’entre deux guerre, puis sur le sport à Reims à la même période.

La diversité des parcours et des sujets ne doit néanmoins pas faire oublier l’absence de diversité sur d’autres plans lors de ces journées. D’abord sur un plan disciplinaire. Les deux doctorants présentés ci-dessus sont les seuls historiens de la journée. Les propos de Sylvain Ville mettent en exergue la déception majeure des organisateurs/trices. « Je trouve qu’il n’y a pas assez d’histoire. L’an passé, on a eu deux géographes. Il nous faudrait des géographes, des historiens, pourquoi pas des économistes, je pense que c’est faisable ». Sur le plan de la provenance géographique et des laboratoires représentés, un manque de diversité peut aussi être souligné. Si les organisateurs/trices sont satisfaits d’une forte présence de non parisiens, il faut noter que la majorité des doctorants viennent de quelques universités, principalement de l’université de Nantes et de l’université d’Artois. Cette situation semble s’expliquer par deux raisons. Les doctorant.e.s présents expliquent avoir eu connaissance de la journée essentiellement par le bouche à oreille. La majorité d’entre eux/elles expliquent avoir été conviée à venir après une rencontre avec l’un des membres de l’équipe coordonnatrice du réseau. A ce niveau, l’organisation nantaise a favorisé une forte présence des locaux. La deuxième raison se situe certainement dans les financements des doctorant.e.s. L’une des explications de la présence forte de doctorant.e.s du laboratoire Sherpas de l’université d’Artois serait d’après les organisateurs/trices, au-delà du relais de l’appel à communication et de la forte connaissance du REDESP au sein de ce laboratoire, dans les conditions de financements favorables pour les colloques. La situation budgétaire des laboratoires contraint souvent les doctorant-e-s à choisir les colloques dans lequel se déplacer et peut par là freiner la possibilité de venir sur une journée jeunes chercheur.e.s, moins rayonnante, bien que sûrement tout aussi constructive.

Malgré ces quelques difficultés, il semble nécessaire en guise de conclusion d’affirmer le caractère innovant de ces journées d’étude tant ce type de manifestation est relativement rare en sociologie et histoire du sport. A partir des retours qu’ils ont obtenu des communicants, l’objectif est d’ailleurs pour les organisateurs/trices de faire en sorte que « le REDESP continue sur sa lancée » en maintenant ces journées annuelles et en conservant un caractère bienveillant et convivial. La porte reste également ouverte à d’autres formes de développement. Si l’organisation peut paraître fragile car liée à l’engagement de doctorant.e.s, les organisateurs/trices préfèrent prendre cette situation comme une opportunité. Etienne Guillaud conclut par une invitation « Le REDESP peut peut-être aussi s’ouvrir à d’autres initiatives, si des doctorant.e.s veulent l’investir. »

Flavien Bouttet

Pour aller plus loin.

Le site du REDESP (avec le programme des journées)

Stratégies de publication et exigences du CNU STAPS. Par Michel Koebel.

Le 21 avril dernier, l’unité de recherche « Sport et sciences sociales » (EA 1342, Université de Strasbourg) organisait une journée d’étude interne sur l’écriture et la publication d’articles. Michel Koebel, maître de conférences HDR y est intervenu pour relater son expérience au sein du CNU-STAPS et évoquer les exigences de ce CNU en matière de publication pour les docteurs prétendant à la qualification. Il a accepté que son intervention soit retranscrite et publiée pour l’atelier des jeunes chercheur.e.s de la 3SLF. Nous avons également retranscrit certaines questions (avec les réponses) qui lui ont été posées par différents membres de l’unité de recherche.

Je vais vous parler de stratégie de publication en fonction des exigences du CNU STAPS, puisque je fais partie du CNU STAPS depuis presque 7 ans maintenant. Il faut préciser d’entrée que je suis tenu à la plus stricte confidentialité en ce qui concerne les dossiers individuels traités au cours des sessions du CNU. Concernant les discussions à propos des critères de qualification et de prise en compte des publications, il faut avant tout vous référer aux conseils donnés aux candidat.e.s que chacun peut retrouver sur le site de la 74e section du CNU. Ce que je vais dire aujourd’hui sont des indications supplémentaires liées à mon expérience. Il existe un certain flou sur la confidentialité de ce que je vais vous dire. J’ai posé officiellement la question au ministère le 1/12/15. Sans réponse six mois plus tard, j’ai relancé le ministère le 6/4/16 et on m’a répondu qu’une réponse serait apportée ultérieurement. J’attends toujours [fin mai 2016, toujours aucune réponse]. Il semble donc que ce soit une question non tranchée : si la confidentialité était de mise, le ministère me l’aurait signifié bien plus clairement et plus rapidement. Et il me semble que la transparence sur les critères est plus que nécessaire pour préparer des candidatures à la qualification.

La première chose, c’est que mon propos ne concerne presque que ceux qui souhaitent devenir enseignant.e.s chercheur.e.s en STAPS, puisque ce sont eux qui vont avoir à faire au CNU pour demander leur qualification de maître de conférences. Certes, le CNU concerne aussi tous ceux qui sont déjà enseignant.e.s chercheur.e.s. Par exemple, quand on veut passer professeur, il y a également une qualification à obtenir, quand on veut avoir une promotion, une prime d’encadrement doctoral, un congé de recherche, etc., là aussi, ça passe par le CNU, et peut-être qu’il y aura aussi maintenant le suivi de carrière. Ceci dit, je pense que ça ne concerne pas que les enseignant.e.s chercheur.e.s. Je pense que, pour les ingénieurs qui font de la recherche et développement, le fait d’avoir un article bien classé peut apporter quelque chose dans leur domaine, puisque ça les distingue de ceux qui n’ont rien publié du tout, mais c’est moins important.

La deuxième chose que je voulais dire, c’est que le domaine des STAPS, c’est évidemment un domaine hybride, puisque le mot sciences est au pluriel. On n’est pas les seuls, il y a les sciences de l’éducation, les sciences de l’information et de la communication, les sciences politiques, bien que leurs représentants aient réussi à enlever depuis longtemps le « s » pour créer ce qu’ils appellent « la » science politique. C’était un enjeu politique de prétendre que c’est une science à part, mais, fondamentalement, c’est exactement comme les STAPS ou comme d’autres sciences au pluriel, puisque la sociologie, la démographie, la géographie s’appliquent à l’objet politique comme nous les appliquons à l’objet sport ou à la motricité humaine.

La troisième chose que je voulais dire concerne ceux qui ne connaissent pas bien le CNU. Le « Conseil National des Universités » est une instance nationale constituée d’environ 55 sections disciplinaires, mais ces disciplines ne sont pas des sciences à part entière forcément. J’ai cité plusieurs cas où c’est un ensemble de sciences qui s’appliquent à un objet, donc ce n’est pas toujours une science en tant que discipline. Ce CNU est un outil politique, administratif, académique. Les disciplines représentées sont des disciplines académiques dans lesquelles il y a des enjeux stratégiques à propos de tout ce que je viens de dire : qualification, droit d’avoir une promotion, etc. Donc le fait que les STAPS constituent l’une des 55 sections est une très bonne chose, en tout cas dont ses membres sont très fiers : ça veut dire que d’autres disciplines n’ont pas leur mot à dire sur la façon dont on gère les STAPS en France, dont on va laisser entrer certaines personnes plutôt que d’autres, dont on va définir tel ou tel critère pour une qualification ou pour autre chose.

Il faut aussi que je précise une chose importante : le CNU est composé de deux tiers d’élus. L’ensemble des collègues enseignant.e.s chercheur.e.s votent pour deux collèges : un collège MCF et un collège PR, à parité. Il y a 8 maîtres de conférences et 8 professeurs. Ensuite, 8 autres personnes (4 MCF et 4 PR) sont nommées par le ministère. La procédure de nomination est assez opaque et parfois surprenante… Il y a donc 24 personnes dont 2/3 d’élus qui vont définir tout ça, définir ces critères pour autoriser ou non des enseignant.e.s chercheur.e.s ou des docteur.e.s à entrer dans ce domaine universitaire des STAPS.

Je vais maintenant revenir sur les critères.

Il faut savoir que la production scientifique, à côté de l’enseignement, de l’investissement dans l’organisation de la recherche ou de l’enseignement ou des UFR, etc., est considérée comme la plus importante. Cela veut dire que si vous êtes un excellent enseignant, que vous vous investissez énormément dans votre UFR de ce côté là et que vous n’avez pas une production scientifique suffisante, vous ne passez pas. Inversement, il est arrivé que, pour ceux qui ont de très grandes productions, très reconnues sur le plan scientifique, on peut parfois laisser passer des faiblesses en enseignement ou en responsabilités administratives. Les critères de la production scientifique sont donc très importants. Depuis la fin des années 1990, il était question de savoir si on diffusait on non dans la communauté STAPS une liste de revues qui permettaient d’avoir des chances de passer. Sous la pression de la communauté, on a eu une première liste, et progressivement, ça s’est affiné. Il y a eu une liste classée de revues de rang A, une autre de rang B, et, si je me souviens bien, au début des années 2000, il fallait avoir au moins un article dans une revue de rang A et un article dans une revue de rang B (plusieurs interventions de la salle notifient que cette classification date de quelques années plus tard, au milieu des années 2000). En tout cas, les premières enquêtes pour classer les revues, les revues de sociologie en l’occurrence, ont été faites par le CNRS à la fin des années 1990, et il existait des listes, avec trois catégories : la catégorie 1 représentait des revues « au coeur de la discipline, plutôt généralistes » ; la catégorie 2 représentait des « revues de sociologie spécialisées ou régionales, ou revues au coeur d’une autre discipline mais accueillant des contributions de sociologie » ; et la 3 représentait des « revues de débat social ou de valorisation » (qui ne comptaient pas sur le plan scientifique). Ce qui est intéressant, c’est que les listes n’avaient pas été constituées par un petit comité invisible, comme on dit maintenant, d’experts qu’on ne connaît pas vraiment. Ça avait été vu par une centaine de chercheurs reconnus en sociologie à qui on avait fourni une large liste de revues qui publiaient des articles de sociologie. Chaque chercheur sollicité pouvait cocher une case « non réponse » quand ils ne connaissait pas (suffisamment) la revue et, quand il connaissait, il la classait en rang 1, 2 ou 3. Et c’est la somme de l’ensemble des avis des chercheurs qui a abouti à ces différentes listes, en toute transparence sur le nombre de choix pour chaque revue, ce qui n’est plus du tout la méthode utilisée actuellement.

Alors progressivement, ces deux listes, de rang A et B, qui étaient propres au CNU STAPS, ont été abandonnées au profit de la liste établie par l’AERES (devenue HCERES), en gardant celle de rang B propre au CNU. Dans un deuxième temps, assez récemment, les revues de rang B ont été abandonnées. La liste de rang A a fait l’objet d’un toilettage, mais aussi d’une hiérarchisation interne (sous forme de classement de 1 à 3), piloté par un expert choisi par l’AERES, avec une concertation sous forme de réunion avec une quinzaine d’enseignants chercheurs en STAPS qui étaient conviés à Paris. Alors on savait qui c’était, il y avait même eu un appel au volontariat pour participer à cette réunion, mais ça s’est fait comme ça. Aux dernières nouvelles, pour la mise à jour actuelle de la liste, quatre personnes, du côté SHS ont été conviées à Paris à une réunion provoquée par des responsables de l’HCERES. On sait qui sont ces 4 personnes parce que ces personnes nous ont dit qu’elles étaient conviées. Or, à partir du moment où elles ont assisté à cette réunion, on leur a demandé une confidentialité absolue, elles n’avaient plus le droit de dire ce qui s’était passé dans la réunion. Tout le processus de la nouvelle liste en STAPS est donc ultra confidentiel, ce qui est complètement contraire à ce qui est écrit sur le site même de l’HCERES où est prônée la transparence. Là, en ce moment, on se pose beaucoup de questions et on essayera de faire pression pour qu’il y ait une plus grande transparence dans ce processus qui nous paraît d’un autre âge. Actuellement l’HCERES a retiré toutes les anciennes listes AERES qui étaient jusqu’à présent valables. Seules deux listes apparaissent : « sciences de gestion » et « sciences économiques », toutes les autres ont été retirées. Elles ont été retirées car certains ont mis du temps à les mettre à jour. Normalement il fallait les mettre à jour tous les 2 ans minimum.  Celle de STAPS date de 2012, certaines datent de 2009, 2010, en histoire par exemple.

[Les anciennes listes restent néanmoins accessibles sur l’ancien site : http://www.aeres-evaluation.fr/Publications/Methodologie-de-l-evaluation/Listes-de-revues-SHS-de-l-AERES]

Ensuite, autre point que je voudrais aborder, c’est un point critique sur les effets d’une référence à des listes, par rapport à ce que j’ai vu durant ces six années. Les experts qui sont censés voir les dossiers, lire les articles, évaluer les articles, sont censés juger de la qualité du dossier quand ils présentent leur expertise devant l’ensemble du groupe. Or, de plus en plus, on utilise essentiellement les listes et leur classement interne pour évaluer le dossier scientifique. C’est surtout vrai en science de la vie et de la santé, un peu moins dans le cas des SHS. « C’est une revue classée A, donc c’est bon ». Il n’est finalement même plus nécessaire de lire les articles. Et on classe les gens comme ça. Or, ce n’est pas l’esprit qui est annoncé sur le site du CNU puisqu’on parle d’évaluation qualitative, etc. Donc ça, c’est pour les qualifications. Mais c’est encore pire pour les autres aspects du CNU : quand on veut classer des gens pour une promotion, pour une prime d’encadrement doctoral ou pour un congé de recherche, on ne dispose même pas des articles puisque la procédure est entièrement dématérialisée et les articles eux-mêmes ne sont pas demandés. Tout est envoyé par Internet, par un intranet quelconque, et on n’a pas accès aux articles, donc on est forcé d’utiliser uniquement les listes et de faire de la bibliométrie. Ça, c’est à mon avis préjudiciable aussi à la qualité de l’évaluation. Il y a même pire, c’est que lorsqu’on voit un article qui n’est pas classé dans une liste (pour x raison la personne l’a publié comme chapitre d’ouvrage ou dans une revue qui n’est pas classée) : on lit l’article ou le chapitre, et si on considère qu’il a une grande valeur, équivalente à un article classé dans une liste AERES, ça ne passera pas. On a beau faire une évaluation qualitative, si la revue dans laquelle est publié l’article ne fait pas partie d’une liste AERES, ça ne passe pas (et certaines listes AERES d’autres disciplines font l’objet de suspicions récurrentes). Si c’est un chapitre d’ouvrage, l’expertise peut être mise en doute, et on sent un réel manque de confiance, surtout vis à vis des SHS, par rapport à cette évaluation qualitative. Ensuite, vous savez bien que les traditions scientifiques ne sont pas les mêmes entre sciences de la vie et SHS, notamment sur la prise en compte d’ouvrages et de chapitres d’ouvrage. Le premier dossier que j’avais à expertiser et à présenter en 2009 était un dossier d’un historien. Il ne comportait certes aucun article, mais cinq ou six chapitres d’ouvrages, dont plusieurs prestigieux et de grande qualité scientifique comme l’a précisé le second expert, plus historien que moi. Ce candidat n’a pas été qualifié pour cette raison, alors que l’on sait bien que les chapitres d’ouvrages en histoire sont aussi importants que les articles.

Ça a été un combat pendant six ans, sept ans, et on en est toujours presque au même point sur les chapitres d’ouvrage, et même les ouvrages, alors que dans d’autres sections du CNU, par exemple en sociologie, les ouvrages et chapitres d’ouvrages sont valorisés.

Maintenant, quelles sont les conséquences pour vous ? Pour celles et ceux qui demandent à être qualifié.e.s ? Malheureusement, il faut tenir compte des réalités, même si nous voudrions que les ouvrages et chapitres d’ouvrages soient mieux considérés, il faut tenir compte des exigences de ces listes. Donc la stratégie principale, c’est privilégier une revue qui est dans la liste AERES STAPS (et, dans quelque temps, HCERES STAPS). Il ne faut pas croire que parce qu’ils les ont retirées des tableurs, des sites, que le CNU ne va pas utiliser l’ancienne, parce que pour le moment, la seule référence c’est l’ancienne qui date de 2012. Regardez bien avant d’envoyer vos articles à une revue qui n’est pas référencée dans cette liste. On risque de griller ses données, parce que vous n’avez pas le droit de publier des données ou un article dans une revue et ensuite publier les mêmes dans une autre revue. Il faut vraiment faire attention là où vous publiez, il faut garder l’essentiel de vos résultats pour publier dans la meilleure revue possible. Si vous êtes refusés, descendez d’un cran, et d’un autre cran (mais toujours dans la liste). Je pense que c’est important de ne pas griller ses cartouches, surtout pour les données issues de la thèse (pour les résultats d’un mémoire de master, c’est autre chose, même si certains excellents mémoires de master 2 peuvent donner lieu à un article dans des revues de rang A.

Le problème, c’est que, du coup, on est tous dans des logiques de publication.

Parfois, on participe à un colloque, à un congrès, et le congrès organise la publication, parfois dans une revue classée, parfois dans une revue qui n’est pas classée, parfois, c’est un ouvrage collectif, et on aurait du mal peut-être à dire aux organisateurs du congrès qui ont retenu votre communication pour une publication : « finalement, je ne préfère pas, parce que votre bouquin, il n’est pas classé ». Le conseil, par rapport à ça, c’est que si, dans une dynamique particulière, vous avez quand même été invité fortement à publier dans un ouvrage, il faut quand même vérifier au préalable que cet ouvrage présente un caractère scientifique, c’est à dire qu’il y a une expertise scientifique réelle qui est menée, qu’il y a un comité scientifique qui est visible, qu’on sache qui fait partie de ce comité. Ça, vous avez le droit de le demander au préalable avant d’envoyer votre article, votre chapitre, et surtout dites que, par rapport aux critères du CNU, il faut au moins que cette démarche d’expertise scientifique soit clairement indiquée quelque part dans la publication. Si ce n’est pas le cas, si par malheur vous y pensez trop tard, il faut demander au coordonnateur de l’ouvrage de faire une attestation, où sont indiquées clairement la composition du comité scientifique et la méthode d’expertise qui a été utilisée, parce que ce sont des éléments que vous pourrez rajouter au dossier de qualification et qui vont donner quand même du poids à votre chapitre d’ouvrage. Parce que j’ai dit que les chapitres ne sont pas pris en compte, si, quand même. Ils sont pris en compte, mais pas à la même valeur qu’un article de la revue classée dans la liste AERES, mais ils sont pris en compte en complément, et ils sont d’autant plus pris en compte qu’il y aurait ces attestations démontrant le caractère scientifique du processus.

Est-ce qu’il y a une logique de substitution possible? C’est-à-dire par exemple 4 chapitres d’ouvrages égalent un article ?

Non. Il est arrivé peut-être l’une ou l’autre fois qu’on arrive à des sortes de consensus, mais c’est très rare. L’argument principal étant que ce n’est pas rendre service aux candidats de qualifier avec un seuil minimal, parce que, par la suite, il ne réussira pas les concours de MCF. Mais tout le monde n’est pas d’accord sur ce point : pour moi par exemple, le CNU n’est pas une instance de concours, on n’a pas à se substituer aux comités de sélection, on est juste une sorte d’examen, on est là pour voir si le candidat passe une barre minimum. Or, la barre a toujours tendance à monter, soi-disant pour remonter le niveau des STAPS.

Ensuite il y a quelque chose à dire par rapport au rang de l’auteur. C’est important aussi. Ce qui est très très mal vu au sein du CNU, quels que soit les membres, c’est lorsque le directeur de thèse publie avec son doctorant mais se met en premier nom de la liste des auteurs, alors que le thème de l’article, c’est précisément la thèse du doctorant. C’est très rare mais c’est la catastrophe, parce que, quelque soit l’investissement du directeur de thèse, il n’a jamais à se mettre en tête. Mais ça nuit plus à la réputation du directeur qu’à celle du doctorant (sauf qu’il manque une publication en premier auteur évidemment). Sur les règles d’ordonnancement des auteurs, il y a une différence très nette entre les traditions SVS et les traditions SHS. En SHS, le premier auteur, c’est l’auteur principal, puis le 2ème, le 3ème, etc. Si tout le monde a contribué de manière équivalente, on garde l’ordre alphabétique. Si vous gardez l’ordre alphabétique mais que vous ne mettez pas en note de bas de page que tous ont contribué de la même manière à l’article, c’est celui qui s’appelle A… qui va être toujours le grand bénéficiaire. Quand c’est l’ordre alphabétique, n’oubliez pas de faire mentionner que tout le monde a contribué de la même manière. Si les contributions sont variables, on ne laisse pas l’ordre alphabétique et l’importance de la contribution est signalé par l’ordre d’apparition dans la liste des auteurs. Ce n’est pas comme en SVS où, en général, le dernier c’est le grand patron, le premier c’est le plus grand contributeur (le doctorant par exemple), etc. C’est très normé, et on met en plus des notes de bas de page pour indiquer la contribution apportée par tel ou tel co-auteur.

Évidemment, attention au plagiat, là vous construisez toute votre carrière ultérieure, si vous faites un plagiat, ça sera découvert un jour ou l’autre et ce sera la catastrophe. Ne jamais faire de plagiat, ne jamais faire de copier coller, et même pas de l’auto-plagiat.

Sur les délais : parfois l’article reste pendant des mois, voire des années sans que vous n’obteniez de réponse. Le problème, c’est que le temps passe, vous devez publier, etc. Alors, à quel moment peut-on décider de l’envoyer à une autre revue ? Normalement, vous n’avez pas le droit une fois que vous l’avez envoyé. Il faut donc harceler le responsable de la revue, pour qu’il vous donne une réponse, même négative, pour que vous puissiez soumettre votre article ailleurs.

Dernière chose, si vous recevez une attestation d’acceptation de l’article et qu’il est indiqué accepté « avec révisions », ni majeure, ni mineure, ça ne comptera pas au CNU. S’il est accepté avec «  révisions mineures » ça comptera, s’il y a écrit « révisions majeures » ça ne comptera pas.

Donc au final, au minimum, il faut un article pour être qualifié en STAPS? 

Non, maintenant c’est deux, une sur liste AERES STAPS et le deuxième sur une autre liste. C’est même plus flou que ça. Maintenant, on ne parle plus de liste STAPS, mais dans les faits ce sera ça. Ci-dessous le passage concernant les publications. Mais il existe des distorsions entre ce qui est annoncé et la réalité. Il faut régulièrement aller lire les recommandations aux candidats, parce qu’elles peuvent changer.

« En matière de production scientifique, les travaux du candidat devront avoir donné lieu à au moins deux publications dans des revues considérées de rang A, signées en rang utile, dont une en tête. L’instance est particulièrement attachée aux publications faisant l’objet d’une véritable expertise par les pairs. Dans ce contexte, l’indexation et le classement en quartiles (ISI web of knowledge ou SJR scimago-scopus) et/ou les listes indicatives des revues classées par l’HCERES constituent des repères pertinents. La diversité des revues et la continuité de la production scientifique sont également des éléments importants. Un brevet (pourcentage de contribution, avis sur la brevetabilité), un ouvrage, ou un chapitre d’ouvrage dans une collection reconnue peuvent tenir lieu de publications ».

Sources: http://www.cpcnu.fr/web/section-74/rapport-d-activites-et-documents

(Rapport d’activités – Critères – Critères Qualification MCU)

Pour plus d’informations:

La page du CNU STAPS.

La page de Michel Koebel sur le site de l’EA 1342.

« En CIFRE, on a affaire à deux mondes, deux langages. » Entretien avec Benjamin Coignet

Benjamin Coignet est docteur en STAPS. Il a réalisé une « thèse CIFRE » (convention industrielle de formation par la recherche) au sein de l’agence pour l’éducation par le sport (APELS) au sujet de l’innovation sociale dans les associations sportives. Quatre ans après sa soutenance, il est aujourd’hui directeur technique de l’APELS. En lien avec notre volonté de mettre en lumière des parcours de jeunes chercheur.e.s, nous l’avons rencontré en mars dernier pour évoquer avec lui son métier et son positionnement dans le monde de la recherche en essayant de comprendre la manière dont il mobilise son expérience de chercheur dans sa trajectoire professionnelle. Nous sommes également revenus sur son parcours en STAPS, son entrée en thèse, et le difficile montage d’une CIFRE. 

Ton parcours universitaire a été mené intégralement en STAPS. Comment se retrouve-t-on doctorant lorsqu’on est étudiant en STAPS ?

Effectivement, j’ai un parcours STAPS de bout en bout en démarrant d’abord à Dijon vu que je suis issu du centre de la France. Mon STAPS de rattachement après le bac, c’était Dijon. J’avais au départ l’envie d’être prof d’EPS. Je ne connaissais que ça à la sortie du bac et suite à des stages, suite à des immersions dans des écoles, avec la filière éducation et motricité jusqu’en master 1, je me suis aperçu que ce n’était pas tellement cette voie-là… D’ailleurs, pendant ces trois ou quatre premières années en STAPS à Dijon, j’ai choisi des immersions dans des instituts spécialisés, etc. Je n’ai jamais été dans le moule de la filière « éducation et motricité ». Puis, en master 1 à Dijon, c’était un master de recherche, je voulais faire un truc en histoire, sur l’histoire du rapport du communisme au sport et je n’ai pas été au bout… Et puis, en septembre de la même année, je suis arrivé à Besançon pour faire un master professionnel sur le loisir. C’était « sport, loisir, tourisme », en me disant que j’avais plutôt envie d’être sur le tourisme. Ça a été une révélation. C’était avec Gilles Vieille Marchiset qui était à Besançon à cette époque-là. Ça a été une révélation pour moi. J’avais une soif de travail, d’expérience professionnelle. J’ai vraiment adoré le niveau, la manière dont c’était piloté. Et puis en fait, en master 2, j’ai fait un stage à l’APELS. C’était un master 2 professionnel. Là aussi, ça a été une expérience superbe. J’étais chargé de voir comment l’association s’était développée sur les territoires.

Tu parles de révélation à Besançon mais aussi de travaux d’histoire dès ton premier master 1 à Dijon ?Tu avais donc déjà un goût spécifique pour les sciences humaines et sociales ?

Oui, tout à fait. En fait, je pense que s’engager dans un travail de recherche tel que le doctorat, ça se déclenche pas en une heure. Je pense que c’est quelque chose qui se travaille petit à petit. J’ai oscillé effectivement avec l’histoire au départ, et puis en fait, me mettre dans des tonnes d’archives, ce n’était pas mon truc. Ça s’est révélé après. Pendant l’année du master 2, avant de partir en stage, j’avais déjà un peu envie, en me disant « tiens si ça se trouve, il faut que je reconnecte avec la recherche ». A l’agence, pendant le stage, ça se passait très bien, j’adorais tout ce que je faisais. J’ai fait un mémoire où j’étais dans de la sociologie politique. C’était une restitution d’un travail de stage, à partir d’outils, de concepts scientifiques, c’était chouette. Il y avait donc le désir de faire de la recherche de mon côté. Il y avait aussi le désir de Gilles de développer un nouvel axe de recherche pour lui, pour ses travaux : les clubs sportifs dans les quartiers. Au niveau de l’agence, il y avait une opportunité de monter une recherche-action sur les clubs sportifs dans les quartiers, avec le ministère de la ville. Et en fait tout ça s’est mis en lien pendant plusieurs mois pour monter un projet qui a été financé, et donc j’ai signé une CIFRE. Quand j’ai signé la CIFRE, la recherche-action a commencé et c’était parti pour trois ans.

De manière plus détaillée, comment s’est construite cette convention CIFRE entre toi, l’agence et l’équipe de recherche ?

Déjà c’est long, c’est un message important. Il faut dire que ça met plusieurs mois. Ça se compte presque en année. Dans une structure comme ça, il y a plein d’ingrédients, ce sont des planètes qui se sont alignées. Gilles connaissait l’agence depuis une paire d’années, collaborait de manière bénévole depuis peut-être dix ans. Il a dû commencer en 2000 à collaborer avec l’agence. C’était un conseiller, c’était un partenaire, c’était un militant de l’agence, un acteur engagé. Et puis de l’autre côté, l’agence avec Jean Philippe Acensi, délégué général, n’avait jamais trop porté la recherche. C’était tout nouveau de se dire que le monde de la recherche pouvait apporter quelque chose à l’association. Donc pour commencer, il fallait trouver un support, un dispositif, une opération, quelque chose qui permet d’ancrer la recherche au sein de l’agence, et donc c’était ce projet de recherche-action, qui est un mixte entre création de recherche, savoirs scientifiques et intervention sur le territoire. C’est le chercheur qui intervient, c’est le chercheur qui organise les réunions, propose des rencontres, met en réseau des gens, puis voit comment ça se passe. Ça permettait à l’agence de comprendre la recherche, ça permettait au monde de la recherche de s’appuyer sur des terrains, un ancrage, une posture de chercheur un petit peu nouvelle pour notre sujet. Il a fallu tout ce temps-là. Ça, c’était la réflexion de fond pour que les uns et les autres se comprennent. Je me souviens de réunions où à l’agence on me disait « C’est quoi la recherche ? Qu’est-ce que vous allez faire ? Comment on va pouvoir récupérer les résultats ? A quoi ça va nous servir pour notre développement ? ». Et puis en fait, à un moment donné, le ministère de la ville, c’était la délégation interministérielle à la ville à l’époque, la DIV, avait validé le projet de financer la recherche-action. Donc là, tous les signaux étaient au vert et je n’avais plus qu’à déposer mon dossier de demande de CIFRE. Après, ce n’était plus que moi l’élément sensible du système. Si je ne décrochais pas ma CIFRE, ça ne pouvait pas se faire, ça reposait un peu sur ma trajectoire. J’ai mis du temps à avoir l’accord pour ma CIFRE parce que justement, je n’avais pas le bagage scientifique assez copieux, même si j’avais des méthodes, j’avais des repères, ce n’était pas assez bon. J’ai déposé en juillet mon dossier de CIFRE et il a été accepté seulement le mois de janvier suivant. Ça a mis six mois, c’est très long. Il y en a qui mettent trois mois. Moi, j’ai mis six mois, parce que les experts de l’ANRT ne comprenaient pas mon sujet de recherche. J’avais eu des expertises moyennes. Ce n’était pas très bon, il fallait que j’affine, c’était assez dur.

L’agence pour l’éducation par le sport (APELS) se définit comme un réseau d’acteurs de terrain qui contribue à la réussite éducative, l’insertion des jeunes et le vivre-ensemble en accompagnant et diffusant des pratiques innovantes d’éducation par les activités physiques et sportives. Sur un plan formel, l’APELS a un siège à Paris et deux antennes déconcentrées à Lille et Lyon. Durant notre entretien et parlant d’«organisation complexe», Benjamin Coignet cite trois catégories d’acteurs faisant vivre l’agence. Il y a au début de l’année 2016, quatorze salariés, répartis sur les trois villes citées. En parallèle, il y a une quinzaine de consultants, agissant comme prestataires pour le développement de l’agence. Benjamin Coignet positionne par exemple Gilles Vieille Marchiset comme l’un des consultants pour le travail scientifique, mentionne un consultant relations publiques pour entrer en contact avec des sportifs de haut-niveau. Enfin, des référents territoriaux, issus du réseau de l’agence (anciens élus, anciens porteurs de projets…) sont missionnés pour intervenir au niveau local, et pour accompagner les associations et collectivités territoriales.

Il y a des discours qui circulent autour des CIFRE. Le doctorant travaillerait pour l’entreprise, l’association, mais n’aurait pas le temps de travailler sur sa thèse ? As-tu eu cette sensation ? Quotidiennement, comment les choses fonctionnaient-elles entre ton travail pour l’agence, et ton travail de thèse ?

C’était hyper difficile ce lien-là. On a signé une nouvelle CIFRE avec Chloé Weimer (cf. encadré 2) et c’est toujours ce rapport-là qui est en jeu. Tu vois, aujourd’hui, elle devait partir pour travailler sa thèse pendant un mois, c’était acté depuis très longtemps. En fait, elle a une petite urgence, il faut qu’elle travaille ce matin… Donc oui, ce travail d’ajustement, il a été très dur parce que mon travail professionnel, ma mission professionnelle, c’était de coordonner la recherche-action et ma posture scientifique, c’était d’utiliser les résultats de la recherche-action pour aller plus loin. Pendant trois années de CIFRE, je me suis toujours posé la question : où s’arrêtait l’un, où commençait l’autre ? C’était tout le temps l’idée, ça n’a pas été simple, même si ça avait des avantages parce que j’avais finalement presque 100% de mon temps dédié pour ma thèse. J’avais très peu de missions qui n’étaient pas connectées à mon objet de recherche. À la fois c’était bien, à la fois j’avais du mal à décrocher. Un exemple, quand j’allais dans les quartiers nord de Marseille rencontrer les scientifiques, les étudiants et les clubs sportifs qui étaient en recherche-action, je faisais en même temps les entretiens de recherche. Je mélangeais un peu tout. Ça m’a donné des moyens pour aller faire du terrain, c’était génial. J’ai adoré cette séquence. En même temps, il y avait une autre difficulté : Quand on fait ces recherches, on met du temps à sortir des connaissances, des points de vue, des choses intéressantes. À l’agence pendant les trois années, j’étais un peu sous pression de la direction, du conseil d’administration. Ils disaient « Bon, qu’est-ce que tu nous sors ? Ça fait deux ans que tu vas dans les quartiers, t’as compris, c’est quoi tes résultats ? Où t’en es ? » Et ça, on n’a pas été bon dans la transmission, dans la diffusion au fur et à mesure. Maintenant, moi qui suis à l’agence, je suis beaucoup plus vigilant pour que les gens, quand ils font des recherches, des mémoires, ils diffusent régulièrement des petites choses, même si ce n’est pas des résultats complets, mais des petites choses, parce que sinon c’est vite satellisé.

Comment se passaient les relations dans le trio labo/APELS/doctorant ?

Alors, c’est un cas très particulier qui, à mon avis, est difficilement comparable. En fait, mon référent, ce n’était pas le délégué général de l’agence, c’était Gilles (Vieille Marchiset) parce que Gilles était chef de projet de la recherche-action : le patron de la recherche-action. Donc c’était hyper intéressant. Dès que j’avais un problème, je voyais Gilles, et après il me disait éventuellement « bah là je ne peux rien, il faut que tu vois à l’intérieur de l’agence ».

Donc tu n’avais pas à gérer de double discours ?

Non, pas trop… Mais un point qui était tout de même un petit peu délicat pendant la thèse, en CIFRE, c’est qu’on a affaire à deux mondes, deux langages. C’est-à-dire que quand je faisais des communications scientifiques, j’avais tendance à parler avec la même vitesse, les mêmes tics de langage que dans le monde du travail. Inversement, quand j’étais dans le monde du travail, que j’étais à l’agence et que je faisais des interventions sur tel ou tel sujet, je prenais des précautions scientifiques. Chloé, ça lui fait un peu la même chose, elle tombe un peu là-dedans. On essaye de s’adapter au monde dans lequel on intervient, mais on fait souvent référence à l’autre. Par exemple à l’agence, je me souviens d’une réunion où je commençais à donner des concepts, à parler d’innovation sociale dans le sport et il y en a deux, trois qui m’ont dit : « oui mais on s’en fiche de tes concepts, de tes références, si c’est un sociologue de je ne sais pas où, on en a rien à faire, viens en aux faits, viens en à ce que t’as compris ». Et puis inversement dans le monde de la recherche, si tu ne prends pas des précautions par rapport à tout un tas de chercheurs qui a travaillé sur le sujet avant toi, et bien c’est pareil. Donc ça, c’était compliqué.

L’APELS était à Paris, tu étais rattaché à l’université de Besançon. Comment parvenais-tu à participer aux activités de ton laboratoire, à t’engager sur des projets de recherche parallèles ?

Alors je vivais, d’ailleurs je vis toujours, à Besançon. L’agence était à Paris et mes terrains de recherche étaient un peu partout en France. Je n’avais pas le besoin d’avoir une permanence à Paris. Je montais quand il y avait besoin. Ça, c’était confortable, c’était la souplesse de l’APELS aussi. Par rapport aux activités du labo, j’ai participé dans la moyenne supérieure des doctorants. Dès qu’il y avait des séminaires, j’y allais. J’ai fait des communications, j’ai participé à l’organisation d’un ou deux colloques, un en STAPS et un en sociologie, j’ai adoré, c’était hyper convivial, j’adorais. Ce qui est important, c’est la socialisation du doctorant. J’ai rencontré plein d’autres doctorants et des jeunes docteurs. C’est hyper important, c’est le conseil que je peux donner à des gens qui s’engagent en CIFRE et qui s’éloignent un petit peu du quotidien d’un labo, ou d’une formation universitaire, c’est de toujours rester connecté, même si c’est une fois par mois, trois heures, une après-midi, c’est hyper important.

Combien de temps a duré cette thèse ?

J’ai eu trois années de CIFRE et puis après j’ai eu un an, donc ça fait en gros quatre ans de boulot. Mais à la fin, j’ai démissionné de l’agence quelques mois après la fin de la CIFRE, même si j’étais en CDI parce que je ne pouvais pas, je n’arrivais pas à finir. J’étais sur un poste de salarié à responsabilités et je n’avais plus aucun temps de dégagé pour la thèse. La CIFRE s’était transformée en CDI à la fin parce qu’on en avait tous envie, sauf que je n’ai pas réussi, je devenais fou, je bossais la nuit sur ma thèse, ça n’avançait pas, je n’écrivais même pas une page par jour, enfin c’était nul, donc j’ai arrêté et puis pendant six mois, je ne m’occupais plus que de l’écriture, et j’ai fini ma thèse en six mois, même pas, cinq mois.

Et donc, tu as fini avec le chômage ?

Avec la CIFRE, tu as le droit au chômage, tu perds quasiment rien en plus. Je devais être à 1300 euros de chômage alors qu’en CIFRE j’étais à 1500. Donc tu perds 200, ce n’est pas la fin du monde. J’ai eu quatre ou cinq mois de chômage, tu perds au début, le temps de t’inscrire et tout ça, et puis j’ai réussi à obtenir des missions à droite à gauche. L’autre point que je veux dire, c’est par rapport à la socialisation et le fait que lorsque des doctorants s’engagent dans des CIFRE, il y a le besoin de se connecter au laboratoire, mais aussi le besoin de donner quelque cours. Je donnais quelques cours, pas beaucoup mais j’en donnais un petit peu, et c’était très intéressant, très important dans la transmission scientifique. Tout en travaillant, tout en faisant sa thèse, c’est hyper complémentaire. Ça fait du bien, ça permet d’affiner ses concepts. Quand on est dans une posture où l’on transmet, on apprend très vite. Et dernière chose sur l’objet de recherche. Je pense que le fait d’être connecté dans ce monde professionnel, de voir que la recherche peut-être utile au développement d’une entreprise, d’une association, d’une fédération sportive, je pense que ça façonne l’objet de recherche, mais surtout ça le rend commercialisable derrière. Ça, c’est génial, parce qu’on est directement dans de l’exploitation derrière. Enfin, directement je ne sais pas, mais en tout cas, on est proche de quelque chose qui derrière peut rebondir. J’ai travaillé un sujet, mon sujet de thèse c’était l’innovation sociale par le sport. Aujourd’hui, ce n’est pas être prétentieux, mais si je ne suis pas trop bête, je ne peux pas être au chômage avec un sujet comme ça, parce que ça intéresse énormément d’entreprises, d’organismes qui font du développement par l’éducation, par la citoyenneté, et que moi, au laboratoire de sociologie dans lequel j’étais, il y a des gens qui avaient des sujets de thèse qui étaient invendables ; à part pour le milieu universitaire, ça d’accord. Des gens qui étaient brillants, mais derrière, ils se retrouvaient le bec dans l’eau parce qu’ils ne pouvaient pas vendre leur sujet. Au-delà des expériences, des diplômes, il faut avoir un sujet, il faut avoir un axe. Moi, c’est un peu ça que je dis, même pour Chloé. Tu vois, elle façonne son objet de recherche, elle est libre, etc., mais j’essaye de mettre quelques points de vigilance pour dire « n’oublie pas que derrière, tu travailleras peut-être ni à l’agence, ni dans une université, donc il faut que le sujet soit vendable, et ce n’est pas facile ».

Après ta soutenance, tu as réussi à te faire de nouveau recruter par l’APELS. Quel a été le processus ? Êtes-vous restés en lien ?

Il n’y a pas eu de rupture tout de suite à la fin du CIFRE. Après ma démission, je gardais des liens. Ce n’était pas une rupture brutale, c’était négocié, et je gardais des petites missions bénévoles. Et effectivement, une fois que la thèse était passée, on a rediscuté de comment exploiter ces recherches. J’étais en train de faire un bouquin, j’avais fait des articles, je prenais de la distance par rapport à mon objet, ça allait un peu mieux. Le deal ça a été « tu reviens à l’agence, un peu directeur de la recherche et du développement, tu ré-exploites tout ce savoir scientifique et tu l’appliques, tu nous aides, tu nous conseilles, tu l’exploites ». Mais parce que mon sujet était très lié au développement des associations, c’était cohérent. J’appliquais mes résultats de recherche à du développement d’associations. Ça fait trois ans que j’ai repris ce poste-là, ça fera trois ans à l’automne. J’ai un rôle très important sur le développement de l’agence, à la fois en termes d’offre de service, sur ce qu’on peut développer, par rapport à notre objet associatif, par rapport à nos contraintes, etc. Et par rapport à la recherche, par rapport à plein de choses, j’ai un rôle très important. Je ne règle pas tous les problèmes, je ne peux pas. Par contre, je suis vraiment dans une application de ce que j’ai compris en observant les acteurs associatifs, et donc c’est quand même hyper sympa.

En quoi consiste ton travail aujourd’hui au quotidien ?

Le travail, il a énormément évolué en trois ans. Je me suis beaucoup cherché, parce qu’il faut trouver le bon truc, parce que tu ne deviens pas directeur en une heure, il faut trouver de l’accroche auprès des salariés, il faut trouver des supports de direction, donc des projets, etc. J’ai d’abord développé des nouveaux programmes, notamment en direction des collectivités locales, des pouvoirs publics. J’ai ramené beaucoup d’argent en faisant ça, ce qui m’a permis ensuite de diriger les équipes, de diriger les opérations qui concernaient le programme et aujourd’hui, mon rôle est à l’intermédiaire entre directeur des opérations et directeur du développement. On peut dire schématiquement, c’est un peu les deux, ça dépend des périodes de l’année. Parfois, je suis plus dans du développement. Par exemple, en ce moment je suis un peu plus dans la direction du développement, on va faire des séminaires pour travailler des nouveaux projets. On va mettre en place des stratégies pour proposer des projets à des structures qui peuvent nous les acheter, etc. L’année dernière à la même époque, j’étais dans une posture de directeur des opérations où j’étais plutôt à faire en sorte que ce qui avait été vendu, signé, se mette en place. J’avais un rôle de contrôle qualité, j’étais un peu dans la rigueur budgétaire, j’étais plus dans une posture de gestionnaire.

Quel est le type de programme vendu par l’APELS ?

Là, par exemple, on a un programme en direction de collectivités locales. C’est un programme qui s’adresse à des villes entre 15 000 et 150 000 habitants. Une ville s’engage dans le programme en choisissant un sujet d’innovation socio-éducative de son choix, c’est-à-dire : « nous, on voudrait lutter contre la violence autour du stade », « on a un problème avec les jeunes filles à l’école qui arrêtent de faire du sport à 14 ans », « on a envie de faire en sorte que les clubs sportifs mutualisent un peu plus leurs moyens notamment leurs véhicules, leurs salles de réunions ». C’est des programmes assez larges. Notre rôle dans le programme, c’est d’accompagner chaque collectivité dans l’émergence d’une réponse innovante. Après, on réunit toutes les collectivités trois fois par an, par des séminaires qu’on anime. On va en faire un au Québec. On les emmène une semaine au Québec et on va aller voir ce qu’il se passe, on va se nourrir de leur expérience, on va présenter ce qu’on fait, etc., donc ça, c’est un programme qui a bien marché, qui marche très bien. Il y a d’autres choses, avec des fédérations sportives. J’ai aussi une mission en Arménie, je suis un peu à l’articulation de plein d’opérations nouvelles.

Tu continues à faire de la recherche : tu as parlé de publications, tu travailles toujours sur des programmes avec Gilles Vieilles Marchiset. Comment est articulée cette activité de recherche avec ton travail ?

Déjà, je ne suis plus rattaché à un laboratoire de recherche. D’ailleurs, je ne comprends toujours pas pourquoi je n’y suis pas dans un labo. J’aimerais bien m’y reconnecter. Après effectivement, j’ai soutenu en 2012, les années qui ont suivi la fin de la thèse… même encore aujourd’hui, j’exploite mes travaux de recherche en faisant des articles, parce que ça me fait du bien, de me reconnecter, d’écrire, je trouve que c’est valorisant de faire un article, d’être publié. C’est à chaque fois de belles sensations. Mais en gros, je me greffe à des chercheurs, je ne fais plus d’articles tout seul, ou très peu, j’en fais quelques-uns mais très peu, j’en fais avec Gilles, j’en fais avec d’autres doctorants, j’aimerais en faire un avec Chloé. Ça me permet aussi de placer l’agence dans ces travaux de recherche pour aussi mettre l’agence dans le champ de la recherche. Quand on fait de la recherche, c’est souvent pour un labo, là je la fais plus pour l’agence. Ça permet de mettre l’agence dans des réseaux qui ne sont pas les siens, et ça permet d’apporter du crédit. Un exemple : j’ai fait un article pour la revue Espace qui est une revue touristique pour les professionnels, un peu pour les chercheurs. J’aime bien ce genre de choses, ce n’était pas très compliqué, c’était sympa, et ça permet de placer l’agence. Il y a des collectivités qui vont le lire. Le dernier truc par rapport à la recherche, c’est qu’une de mes missions, c’est de laisser l’agence connectée, l’association avec les chercheurs, donc de faire des mini projets, d’animer des petites rencontres entre chercheurs qui sont sur des sujets, voilà c’est un peu ça le lien avec la recherche.

   9782343018614r                    27000100524120L

L’APELS a un observatoire. Comment fonctionne-t-il ?

Alors ce n’est pas de produire des travaux de recherche comme un laboratoire par exemple qui seraient validés par l’institution, etc. C’est d’être un peu plus dans de la vulgarisation de travaux scientifiques auprès des réseaux de l’agence. Ça permet d’apporter un crédit à l’agence, une caution experte. Ça fait sérieux. On publie trois fois par ans des cahiers de l’observatoire sur des sujets de fond où l’on fait des travaux avec des laboratoires de recherche, qui écrivent, qui exploitent notre base de données des projets, qui travaillent sur des thématiques, qui modélisent des projets, etc.

L’APELS a monté une nouvelle CIFRE l’année dernière avec Chloé Weimer. As-tu un rôle particulier dans ce projet au regard de ton expérience ?

Chloé a eu une trajectoire assez similaire. Elle est arrivée en master 2 en stage sur un dossier qu’on devait mener, un programme très précis qu’on avait vendu auprès de la région Rhône-Alpes pour faire émerger des projets dans des quartiers. Elle était en master avec Gilles, elle avait une grosse puissance de travail, elle était hyper intéressée, hyper motivée et puis, pendant son stage, très rapidement, au bout de deux, trois mois (c’était un stage de six mois), on a eu un échange ou en gros je lui ai dit « est-ce que tu as envie de poursuivre avec l’agence et est-ce que t’as envie de faire de la recherche ». Bien sûr, le sous-entendu c’était : « si t’es motivé, on peut lancer un CIFRE » maintenant qu’on sait comment faire. Elle s’est interrogée, elle a hésité, on a beaucoup échangé avec Gilles et puis à un moment donné, elle était partante, donc on a dit « ok, on monte une convention CIFRE ». Après, elle s’est démenée pendant qu’elle finissait son stage, et c’était une CIFRE qui n’était pas connectée à un programme particulier, c’était plutôt un poste de chargé de mission, un petit peu transversal sur plein de projets, plein de programmes qu’on a. Ça s’est monté comme ça et elle a été très rapide. Donc comment j’ai investi mon expérience antérieure ? Déjà en lui donnant des conseils sur le montage de la CIFRE. Je lui ai donné mon dossier, je lui ai donné des conseils sur l’écriture, sur ce qui avait posé problème. On a exploité mon expérience, premier point sur le montage. Après une fois que ça a été signé, qu’on était d’accord, ça a été de baliser très rapidement des moments où elle n’était plus dans les programmes de l’agence, où elle était toute seule pour lire, pour faire son terrain, donc on a balisé des périodes dans l’année, en décembre, en mars, l’été. Le troisième axe d’accompagnement, c’est que maintenant, je fais du tutorat comme Gilles à son niveau. Avec Chloé, on a des moments où l’on parle du fond, de l’objet de recherche, même de la méthodologie d’enquête de terrain, etc. Tout cet accompagnement global, j’ai un point de vigilance, c’est de dire « il faut que je connecte Chloé, il faut que le travail scientifique de Chloé soit connecté aux activités de l’agence en général, qu’elle cherche, qu’elle diffuse qu’elle fasse des petits exposés, qu’elle parle de ce qu’elle fait, de ce qu’elle comprend ». Ce n’est pas facile, mais c’est un point de vigilance que j’ai. On a fait un séminaire d’équipe l’année dernière à Rabat au Maroc. Elle a eu deux heures. Pendant deux heures, elle a eu toute l’équipe de l’agence, elle a parlé de son sujet, elle a fait un exposé pour qu’on comprenne bien. Pour le prochain, j’aimerais qu’elle le refasse pour dire ce qui a évolué.

Chloé Weimer est doctorante au sein de l’unité de recherche « sport et sciences sociales » (EA 1342) à l’université de Strasbourg. Après avoir réalisé une licence « Développement social et médiation par le sport » et un master « activité physiques adaptée – ingénierie et développement », elle est actuellement en deuxième année de thèse et a signé une convention CIFRE avec l’APELS au milieu de l’année 2015. À partir d’une étude auprès d’associations d’éducation et d’insertion par le sport, elle travaille sur la diffusion des modèles gestionnaires du monde marchand vers les organisations associatives. A travers les adaptations ou résistances de ces associations vis à vis des outils et méthodes de gestion qu’on tente de leur imposer, elle cherche notamment à mettre en évidence le rôle majeur des institutions publiques locales dans ces phénomènes.

Une dernière question : comment vois-tu ton avenir ? Aspires-tu à autre chose ? Regardes-tu les postes de maître de conférences ?

C’est une question importante. Elle est toujours en moi. En fait, à ce stade, aujourd’hui même parce que ça change souvent, je ne suis pas intéressé pour être maître de conférences. Je n’ai pas passé la qualification alors que je pourrais l’avoir. Je devrais si jamais il y a une opportunité, mais je ne suis pas du tout en veille sur les postes, pas du tout. Par contre ce qui m’intéresserait, ce serait d’avoir un poste de PAST où tu es à mi-temps professionnel, mi-temps intervenant, ça pourquoi pas. Aussi, pourquoi pas des postes dans du développement universitaire, c’est-à-dire pas forcément faire que des cours, mais être agent de développement d’une université ou d’une unité de formation. Ça, ça m’intéresserait. De faire que des cours et de la recherche ça m’intéresse pas trop, il faut que je sois connecté à la vie professionnelle. Par exemple, demain je vais aux STAPS de Besançon juste pour voir ce qu’ils font, je ne sais même pas si ce milieu-là a des postes dans le développement. J’ai l’impression que soit t’es administratif, soit t’es enseignant-chercheur. Je pense qu’il y a des choses à créer dans du développement pour positionner l’université. Je vois les STAPS de Besançon, tu peux le positionner dans plein de réseaux, auprès du mouvement sportif local, auprès des collectivités locales, auprès des sociétés, il y a plein de choses, ça c’est un truc qui peut m’intéresser, mais pour l’instant, je suis à l’agence.

Propos recueillis par Flavien Bouttet, le 7 Mars 2016.

Pour aller plus loin.

Le site de l’APELS : http://www.educationparlesport.com/

Les publications de Benjamin Coignet sur cairn.info : https://www.cairn.info/publications-de-Benjamin-Coignet–100678.htm

 

Un carnet de recherche pour et par les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport

En mai 2015, à Montpellier, la rencontre des jeunes chercheur.e.s du 8ème congrès de la société de sociologie du sport de langue française (3SLF) a permis l’expression d’une volonté commune : le développement des échanges entre doctorant.e.s et docteur.e.s en sciences sociales du sport. L’idée était alors de créer un espace de travail collaboratif permettant le partage et la mutualisation d’informations et de ressources.

La création d’un carnet sur la plateforme hypothèses.org par et pour des jeunes chercheur.e.s entend répondre à cette demande. Elle cherche également à être complémentaire aux actions proposées par différents réseaux (particulièrement celui des doctorants en études sportives – REDESP), ainsi qu’aux nombreuses initiatives locales existantes (par exemple les séminaires jeunes chercheur.e.s au sein des équipes de recherche).L’intérêt de ce format est d’abord de pouvoir affirmer le caractère collaboratif de ce projet en laissant l’opportunité à l’ensemble des jeunes chercheur.e.s d’y participer, et notamment celles et ceux éloigné.e.s de leur équipe et/ou des milieux scientifiques pour des raisons géographiques, sociales, professionnelles. Par l’absence de contrainte temporelle, l’intérêt est aussi d’offrir la possibilité d’une dynamique autour des enjeux traversant nos situations socio-professionnelles et nos terrains de recherche.

Sur le plan pratique, par la publication de billets/articles, ce carnet vise trois objectifs.

Il s’agit d’abord de faire de ce carnet un espace d’information. En premier lieu, sur l’actualité scientifique en sciences sociales du sport en mettant en avant des initiatives dans lesquelles des jeunes chercheur.e.s sont engagé.e.s (chapitre d’ouvrage, articles, communications, organisation ou participation à une JE, etc.). En second lieu, au sujet des échéances importantes du milieu universitaire : campagnes d’ATER, qualification, recrutement. En plus d’un rappel du calendrier universitaire, il s’agit ici d’évoquer les spécificités de la section 74 (STAPS).

Ensuite, le carnet a comme volonté de mettre en lumière des parcours de jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport et de donner des éléments de réponses et de réflexion quant à un certain nombre de questions : Comment devient-on maître-sse de conférences ? Comment obtient-on un post-doc ? Comment fonctionne une thèse en CIFRE ? Aussi, il a pour but de présenter des trajectoires de jeunes chercheur.e.s en dehors du milieu universitaire (ONG, entreprises, etc.).

Cette entrée par les trajectoires de chercheur.e.s est principalement liée à une volonté de nous intéresser d’une part aux conditions socio-économiques de la thèse et de l’après-thèse (d’autant plus lorsqu’on connaît la difficile reconnaissance des docteur.e.s sans contrat), et d’autre part, à la réalité des perspectives professionnelles offertes aux docteur.e.s ayant choisi comme terrain d’étude le sport. Afin de faire émerger une meilleure connaissance de ces situations et expériences, la dernière ambition de ce carnet est alors d’impulser une recherche collaborative, pour et par les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport.

Évidemment, les orientations décrites ne sont pas définitives. Elles cherchent à retranscrire au mieux les conclusions d’une rencontre de jeunes chercheur.e.s qui a maintenant près d’un an. Se voulant collaboratif, le carnet reste donc ouvert aux propositions et initiatives des docteur.e.s et doctorant.e.s, en espérant une (re)définition du projet qui soit pleinement collective.

Pour les jeunes chercheur.e.s de la 3SLF.

Flavien Bouttet & Mélanie Perez