Un carnet de recherche pour et par les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport

En mai 2015, à Montpellier, la rencontre des jeunes chercheur.e.s du 8ème congrès de la société de sociologie du sport de langue française (3SLF) a permis l’expression d’une volonté commune : le développement des échanges entre doctorant.e.s et docteur.e.s en sciences sociales du sport. L’idée était alors de créer un espace de travail collaboratif permettant le partage et la mutualisation d’informations et de ressources.

La création d’un carnet sur la plateforme hypothèses.org par et pour des jeunes chercheur.e.s entend répondre à cette demande. Elle cherche également à être complémentaire aux actions proposées par différents réseaux (particulièrement celui des doctorants en études sportives – REDESP), ainsi qu’aux nombreuses initiatives locales existantes (par exemple les séminaires jeunes chercheur.e.s au sein des équipes de recherche).L’intérêt de ce format est d’abord de pouvoir affirmer le caractère collaboratif de ce projet en laissant l’opportunité à l’ensemble des jeunes chercheur.e.s d’y participer, et notamment celles et ceux éloigné.e.s de leur équipe et/ou des milieux scientifiques pour des raisons géographiques, sociales, professionnelles. Par l’absence de contrainte temporelle, l’intérêt est aussi d’offrir la possibilité d’une dynamique autour des enjeux traversant nos situations socio-professionnelles et nos terrains de recherche.

Sur le plan pratique, par la publication de billets/articles, ce carnet vise trois objectifs.

Il s’agit d’abord de faire de ce carnet un espace d’information. En premier lieu, sur l’actualité scientifique en sciences sociales du sport en mettant en avant des initiatives dans lesquelles des jeunes chercheur.e.s sont engagé.e.s (chapitre d’ouvrage, articles, communications, organisation ou participation à une JE, etc.). En second lieu, au sujet des échéances importantes du milieu universitaire : campagnes d’ATER, qualification, recrutement. En plus d’un rappel du calendrier universitaire, il s’agit ici d’évoquer les spécificités de la section 74 (STAPS).

Ensuite, le carnet a comme volonté de mettre en lumière des parcours de jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport et de donner des éléments de réponses et de réflexion quant à un certain nombre de questions : Comment devient-on maître-sse de conférences ? Comment obtient-on un post-doc ? Comment fonctionne une thèse en CIFRE ? Aussi, il a pour but de présenter des trajectoires de jeunes chercheur.e.s en dehors du milieu universitaire (ONG, entreprises, etc.).

Cette entrée par les trajectoires de chercheur.e.s est principalement liée à une volonté de nous intéresser d’une part aux conditions socio-économiques de la thèse et de l’après-thèse (d’autant plus lorsqu’on connaît la difficile reconnaissance des docteur.e.s sans contrat), et d’autre part, à la réalité des perspectives professionnelles offertes aux docteur.e.s ayant choisi comme terrain d’étude le sport. Afin de faire émerger une meilleure connaissance de ces situations et expériences, la dernière ambition de ce carnet est alors d’impulser une recherche collaborative, pour et par les jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport.

Évidemment, les orientations décrites ne sont pas définitives. Elles cherchent à retranscrire au mieux les conclusions d’une rencontre de jeunes chercheur.e.s qui a maintenant près d’un an. Se voulant collaboratif, le carnet reste donc ouvert aux propositions et initiatives des docteur.e.s et doctorant.e.s, en espérant une (re)définition du projet qui soit pleinement collective.

Pour les jeunes chercheur.e.s de la 3SLF.

Flavien Bouttet & Mélanie Perez