Rencontre avec Flavien Bouttet, jeune maître de conférence et ancien représentant des jeunes chercheurs à la 3SLF

Peux-tu te présenter brièvement?

Après une thèse et un parcours quelque peu privilégié – trois ans en contrat doctoral, deux années d’ATER toujours à Strasbourg – j’ai eu deux années un peu plus compliqué à Nice, puis Orléans en tant qu’enseignant contractuel en STAPS. Depuis la rentrée, je suis maître de conférence en STAPS à Nancy et rattaché au laboratoire APEMAC. Mélanie Perez, actuellement post-doctorante à l’INED, et moi avons été élu en 2015 pour deux ans en tant représentant.e.s de jeunes chercheur.e.s au sein du C.A. de la 3SLF.

Qu’avez-vous, avec Mélanie Perez, mis en place durant votre passage à la 3SLF?

Qu’à-t-on fait durant deux ans ? Évidemment, moins que prévu, on avait plein de projets qu’on n’a pas réussi à mener. Le premier raté, c’est que nous voulions agréger des personnes autour de nous avec la création de ce carnet. On voyait vraiment ce carnet comme un travail collectif, une plateforme d’échange. Pour la petite histoire, on avait hésité en parallèle à faire des estivales, une sorte de journées d’été où nous aurions pu réfléchir à la fois à nos recherches, mais aussi aux conditions de vie et de travail des jeunes chercheur.e.s. On craignait alors de faire face à la difficulté de pouvoir toucher tout le monde et notamment les chercheur.e.s non financé.e.s, d’où le choix de nous tourner vers un lieu de ressources et d’échanges en ligne.

Au final, avec le carnet, on n’a pas réussi à faire en sorte que d’autres doctorant.e.s ou docteur.e.s, s’arrêtent et investissent un sujet. Il y a eu des démarrages sur les posts-doc, sur les expériences à l’étranger qui partaient pour être intéressantes et qu’on n’a pas réussi à mener à terme. C’est des questions importantes, souvent assez méconnues en STAPS. Après, il y a une part de logique à ces difficultés justement en raison des conditions complexes dans lesquelles on réalise nos thèses et qu’on vit l’après-thèse. On est toujours un peu sous l’eau, et c’est difficile de se détacher dans des engagements plus collectifs. À partir de ce constat, on ne sait pas non plus si le peu qu’on a fait a été utile à certains ou à d’autres. Je pense toutefois que le texte sur les exigences du CNU (qu’il faudrait mettre à jour car elles ont évoluées), ou les interviews de docteur.e.s qui ont été recrutés en dehors de l’ESR, qui font des choses chouettes et qui s’épanouissent peuvent apporter à la communauté des jeunes chercheur.e.s en sciences sociales du sport. Je crois qu’on ne sait pas assez, qu’on ne voit pas assez, tout ce qu’on peut faire après une thèse en sociologie du sport, et tout ce qu’on peut apporter à une association, une collectivité, un ministère. La reconnaissance du doctorat STAPS en dehors de l’ESR est sans doute un point d’action important aujourd’hui à défendre.

Dans la continuité de cette reconnaissance, il y a aussi certainement des réflexions plus poussées à avoir autour des difficultés de beaucoup de docteur.e.s après leur soutenance qui ne parviennent pas à poursuivre dans le monde universitaire et qui peinent à faire pleinement reconnaître leur travail, connaissances et compétences. D’ailleurs, au delà de la création du carnet et des liens avec le REDESP, on est aussi parvenu au sein du CA avec Mélanie à interroger la place des docteur.e.s sans postes qui est toujours très confuse dans des textes parlant souvent de doctorant.e.s et enseignants-chercheur.e.s titulaires. C’est aussi un problème dans les universités où les docteur.e.s peinent à être reconnu.e.s. Ce sont parfois les plus précaires, et ceux qui sont les moins soutenus. Ainsi, pour les jeunes chercheur.e.s sans moyen de financement, un fond à été créé pour permettre de soutenir leur venue lors des congrès de la 3SLF. 1000 euros y sont consacrés aujourd’hui. Un collège spécial au sein du CA avec un représentant élu a également été créé. Affaire à suivre. À ce niveau, le collectif national des précaires de l’ESR a réalisé cette année un retour d’expérience important au sujet des conditions d’emploi précaires. Il serait intéressant d’aborder les cas en STAPS

Par rapport à ces enjeux, il faut aussi ajouter qu’aborder les problèmes des jeunes chercheur.e.s pour les jeunes chercheur.e.s peut toujours représenter un risque dans la perspective de recrutement. C’est un engagement qui peut parfois provoquer des clivages avec les enseignant.e.s-chercheur.e.s titulaires. Aujourd’hui, j’aimerais notamment qu’on s’attelle à la question de la diffusion des résultats dans les campagnes de maître de conférences, et même dans les campagnes ATER. Aujourd’hui, les candidats en STAPS ne connaissent pas le nom des candidat.e.s auditionné.e.s, ni les classements. On apprend qui a été recruté au détour de discussions dans les colloques. C’est juste ahurissant. Les résultats ne sont jamais clairement rendus publics, alors qu’il s’agit de concours de la fonction publique. Il y a visiblement un questionnement autour de la légalité des processus de diffusion des données et de la temporalité de diffusion. D’après les données qu’on récupère actuellement, la diffusion des listes d’auditionné.e.s et des classements provisoires est totalement légale. En effet, les sociétés savantes de nombreuses disciplines font ce travail et se sont d’ailleurs assurer de l’impossibilité de recours juridiques à l’égard des démarches. Elles sont généralement soutenues par les sections CNU. En STAPS, ce n’est clairement pas dans les normes. Un.e enseignant.e-chercheur.e m’expliquait cet été que les nombreux cas de recrutement annulés au CA ces quinze dernières années en STAPS pouvaient aussi produire de la crainte envers ce type de démarche. J’ai tendance à penser que justement ces processus peuvent permettre une plus grande transparence et une mise en lumière des problèmes afin de sortir de certains processus de recrutement un peu étranges. Cette transparence est aussi un enjeu en termes d’organisation des recrutements. Cette année, sur des postes avec des profils similaires à Lille et Nîmes, les auditions étaient prévues le même jour. Une candidate était auditionnée sur les deux postes. Alors l’histoire finit très bien, elle a obtenu le poste dans la ville où elle a choisi d’aller, mais ce n’est pas une raison pour ne pas interroger cette coordination entre les processus de recrutement.

Tu me demandais mes difficultés personnelles relatives à mon parcours, c’est l’une d’entre elle. J’ai vécu difficilement un processus de recrutement l’an dernier à Nice où je n’ai pas bien compris ce qu’il s’était passé et comment on en était arrivé là (aucune personne n’a été recrutée sur un poste en sociologie deux ans de suite. Le poste a été republié cette année en neurosciences). Je ne pense pas que le milieu des STAPS est gangrené, mais je pense qu’il y a des mauvaises pratiques qui pourraient s’affaiblir avec plus de transparence (ça ne suffirait pas, certes). L’autre difficulté personnelle que je peux mettre en lien avec tout ça, c’est que ces deux dernières années, on m’a proposé plusieurs contrats à moins de 1000€ nets, dans plusieurs UFR STAPS au sein de grosses et de plus petites universités pour des contrats de 192H (Orsay et Orléans pour ne pas les nommer). D’autres jeunes chercheur.e.s ont été et sont concerné.e.s. Les universités donnent des moyens aux UFR pour qu’ils recrutent des jeunes chercheur.e.s à mi-temps. Mais c’est un faux mi-temps puisqu’il s’agit d’un service d’enseignement complet d’EC. La recherche devient donc bénévole si on ne trouve pas de financement à côté. Parfois, les UFR recrutent à 1500 ou 1600€ pour réaliser 384h. Là, pour vivre, ça devient possible, mais pour faire de la recherche c’est impossible. Ça n’a pas beaucoup de sens. On enchaîne les contrats de facs à facs, on prépare des nouvelles choses chaque année qu’on prépare mal et qu’on ne peut jamais réinvestir. Christophe Granger raconte ça très bien dans « La destruction de l’Université française ». Je crois que pour la défense des conditions de travail, il est important de lutter contre ces contrats et aussi demander aux enseignants chercheur.e.s titulaires de ne pas finir par dire à un.e jeune chercheur.e « c’est bien pour toi et ton CV » si tu acceptes. Ces contrats ne sont pas acceptables. Étrangement, les deux universités avec qui j’échangeais ont fini à force de mobilisation d’enseignant.e.s-chercheur.e.s de permettre de meilleures conditions (j’ai eu la chance de rencontrer des superbes enseignantes chercheures dans ces histoires). Cette année, la mobilisation d’enseignant.e.s et enseignant.e.s-chercheur.e.s dans certains UFR STAPS s’est parfois terminée par l’octroi de postes, par exemple à Rennes. Ce sont des victoires plus ou moins grandes qu’il serait pertinent de prendre en exemple.

Est-ce que tu aurais un ou des conseils pour des étudiants et jeunes chercheurs?

De ne jamais oublier qu’un.e doctorant.e ou un.e jeune docteur.e est un acteur majeur du monde de la recherche. Il/elle cherche, publie, enseigne souvent et à ce titre il doit être reconnu comme tel par les institutions et les autres acteurs du milieu qui l’entourent. Après, j’ai parfois plus envie de donner des conseils aux gens qui sont autours des jeunes chercheur.e.s. Et sinon, ça se voit peut-être à peine assez après ces quelques lignes, mais je reste persuadé que la thèse peut être une expérience exceptionnelle à vivre si elle est vécue dans de bonnes conditions et si elle est vécue collectivement, avec d’autres jeunes chercheur.e.s que ce soit dans laboratoire, ou dans divers réseaux (par exemple via la 3SLF??).

Merci beaucoup pour ton temps et pour cet investissement !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.